Cet article date de plus de neuf ans.

Le Nouvel Obs condamné sur DSK, "extravagant et injuste" pour Laurent Joffrin

Le Nouvel Observateur a été condamné pour avoir publié les bonnes feuilles du roman de Marcela Iacub sur sa liaison avec Dominique Strauss-Kahn. Une décision "extravagante et injuste", a estimé Laurent Joffrin, directeur de l'hebdomadaire.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Le livre Belle et Bête  de Marcela Iacub n'a pas été interdit de parution, a décidé mardi le tribunal de grande instance de Paris. Un encart faisant état de la condamnation devra y être inséré dans chaque exemplaire mais il est disponible dans les librairies depuis mercredi. 

Le magazine Le Nouvel Observateur  a lui aussi été condamné. Sa faute : avoir publié les bonnes feuilles du roman qui raconte la relation, entre janvier et juin 2012, entre l'auteure et Dominique Strauss-Kahn, alors encore marié avec Anne Sinclair. 

Une "condamnation injuste"

L'hebdomadaire va devoir publier un encart, une publication judiciaire sur la moitié de sa une, "comme la presse à scandale ", avait lancé Me Richard Malka. De plus, le magazine va devoir mettre la main à la poche en versant 25.000 euros de dommages et intérêts à l'ancien patron du FMI. 

Le directeur de l'hebdomadaire a réagi mercredi matin à la condamnation : "C'est injuste eu égard à la presse, car nous avons publié les bonnes feuilles
d'un livre qui n'est pas interdit
", a-t-il affirmé. 

Quant à la condamnation de l'auteure et de l'éditeur Stock, "les conséquences sont graves pour les écrivains, ça risque d'être un recul de leur liberté dans la mesure où ils risquent de ne plus pouvoir raconter d'histoires privées ", estime Laurent Joffrin.

L'avocat des éditions Stock, Me Christophe Bigot a prévenu qu'il était "matériellement impossible " d'insérer un encart dans les 40.000 premiers exemplaires déjà mis en place dans les librairies.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.