Cet article date de plus de neuf ans.

Le maire d'un village de la Meuse soupçonné de fraude électorale

Les résultats de la dernière élection municipale à Lignières-sur-Aires, 49 habitants, ont-ils été falsifiés en faveur du maire de la commune ? La justice a ouvert une information judiciaire pour enquêter. C'est son rival qui a porté plainte.
Article rédigé par Cyril Destracque
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (© Radio France)

 "Un certain nombre d'éléments troublants permettent de penser qu'il y a eu peut-être fraude de la part du maire". Le procureur de Bar-le-Duc Rémy Coutin n'en est pas encore revenu. En 15 ans de carrièren c'est la première qu'il voit ça. Le magistrat lorrain vient d'ouvrir une information judiciaire pour fraude électorale contre Guy Aubry, le maire de Lignières-sur-Aire, une commune meusienne de 49 habitants. Cette décision fait suite à une plainte du rival du premier magistrat battu lors des dernières élections municipales au mois de mars. 

Maire du village depuis 2001, Guy Aubry est soupçonné d'avoir remplacé des bulletins de vote de la liste concurrente, dans l'urne du scrutin, le 23 mars dernier. Alors que 24 électeurs ont indiqué avoir voté pour son adversaire, le résultat enregistré du scrutin donnait 28 voix au maire soupçonné sur 39 exprimés. La manipulation supposée ne s'arrête pas là selon les premiers éléments de l'enquête. A la mi-journée du premier tour, le maire aurait "changé les tours de garde" du bureau de vote pour se retrouver seul à la mi-journée "avec un colistier malvoyant" indiqué le procureur de la République, en charge du dossier. 

Dernier accroc : selon le procureur, le maire de Lignières-sur-Aires aurait procédé tout seul à la destruction des bulletins de vote. Ce qui est contraire à la loi électorale. S'il est renvoyé au tribunal correctionnel un jour, Guy Aubry risque une peine de 5 ans de prison. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.