Cet article date de plus de huit ans.

Le Dr Muller obtient l'interdiction d'Intime conviction sur Arte

Une juge des référés a interdit jeudi la diffusion d'Intime conviction sur Arte. La chaîne franco-allemande était assignée en référé par Jean-Louis Muller, cet ancien médecin acquitté du meurtre de sa femme en octobre dernier à Nancy. Une affaire qui a largement inspiré le téléfilm d'Arte. Le Docteur Muller, qui s'est reconnu dans le personnage fictif du Docteur Villers, demandait l'arrêt de sa diffusion. La justice lui a donc donné raison.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Capture d'écran arte.tv)

Le tribunal de grande instance de Paris a donné raison aux avocats de Jean-Louis Muller contre Arte qui doit cesser la diffusion d'Intime conviction, une fiction  produite par Maha Productions, sur quelque support que ce soit, avec une astreinte de 50.000 euros.

Cette décision de justice fait suite à une procédure engagée par le Dr Muller. Définitivement acquitté le 31octobre dernier de l'accusation de meurtre de sa femme, il a assigné la chaîne de télévision en justice, demandant l'interdiction du programme qu'il estime inspiré de son affaire.

"On s'est servi de la vie du docteur Muller sans lui demander son autorisation" (Me Dupont Moretti)

" Si vous
faites le listing des similitudes entre le docteur Muller et le docteur Villers,
vous constatez qu'en réalité on s'est servi de la vie du docteur Muller sans
lui demander son autorisation
", explique sur France Info l'un de ses avocats, Me Eric Dupont Moretti.

Me Jérémie Assous se félicite lui aussi de la décision rendue jeudi par la juge des référés : "C'est un rappel des grands principes que sous couvert de fiction on ne peut pas non plus tout faire et que la vie privée de tout un chacun est protégée. Le juge n'hésite pas à sanctionner quand il y a une violation de cette dernière ", réagit-il.

Un projet
bimédia

Le téléfilm Intime conviction  a été diffusé le 14 février dernier et devait se poursuivre jusqu'au 2 mars sur Internet. On pouvait y suivre le procès du suspect, le "docteur Villers". Ce jour-là, "le divertissement connaitra son épilogue" avec la diffusion du verdict prononcé par un jury et "du résultat du vote des internautes", avaient révélé les avocats de Jean-Louis Muller dans leur assignation consultée par l'AFP. "Le risque même que deux internautes votent en faveur de sa culpabilité" provoquera un préjudice, avait encore plaidé Me Eric Dupond-Moretti.

►►► A LIRE AUSSI |  Acquitté, le Dr Muller poursuit Arte en justice pour une fiction

Maha Productions crie à la censure

Arte a
pris acte de la décision du tribunal de Paris. La chaîne regrette de devoir
mettre fin, de façon anticipée, à cette  "expérience inédite".
Arte qui a toujours défendu une émission pédagogique qui permettait à chacun de
découvrir le fonctionnement de la justice. La société Maha Productions dénonce pour sa part "une véritable censure ", a réagi son avocat, Me Christophe Bigot. Elle va faire appel de cette décision.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.