Cet article date de plus de huit ans.

La moitié des billets de banque saisis en France portent des traces de cocaïne

La proportion est impressionnante : 50% des billets de banques saisis par la police comportent des traces de cocaïne. Il s'agit de traces très légères mais la police scientifique dresse un constat inquiétant. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a été prévenu.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Andrea Comas Reuters)

C'est le quotidien Le Figaro qui révèle l'information. La
moitié des billets de banques saisis par la police française contient des
traces, même infimes, de cocaïne. La sous-direction de la Police technique et
scientifique basée à Ecully dans le Rhône dresse un constat inquiétant.

La drogue, indissociable de la délinquance

Un billet sur deux saisis marqué par la cocaïne. Cette
découverte signifie que la drogue fait désormais partie prenante des affaires
de délinquance qui donnent lieu à des saisies. Et pas seulement des affaires de
stupéfiants.

"Il ne s'agit pas seulement des
billets saisis dans les affaires de drogue, mais d'échantillons prélevés dans
les saisies en euros, dollars ou autres monnaies de toutes les affaires
relevant de la compétence judiciaire de la police et de la gendarmerie, du vol
simple à l'escroquerie la plus sophistiquée. " (Un commissaire spécialisé)

Les billets de banques,
excellents révélateurs

Les billets saisis dans les
affaires de drogues sont systématiquement analysés. La raison est simple :
faire des comparaisons entre les affaires pour tenter d'identifier les réseaux
et les filières d'arrivage.

La modernisation des appareils permet aujourd'hui de
détecter des traces infimes de cocaïne mais aussi d'autres stupéfiants comme le
THC, la substance active contenue dans le cannabis. Ainsi, il y a de
grande chances que les billets en libre circulation, ceux que vous avez en main,
portent eux aussi des traces de drogue.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.