Cet article date de plus de sept ans.

La Française des jeux condamnée à régler des chèques en bois

L'entreprise doit dédommager une habitante qui s'était fait dérober plusieurs chèques par son ex-compagnon, accro aux paris sportifs.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des enseignes d'un bureau de tabac et de la Française des jeux photographiées le 17 avril 2009, à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Cette fois, il ne s'agit par de récompenser une gagnante, mais de dédommager une victime. La Française des jeux (FDJ) a été condamnée à verser 60 000 euros à une habitante de l'est de la France, lundi 2 septembre. L'entreprise publique doit la dédommager des sommes qu'elle avait dû payer après que son ex-compagnon lui a dérobé des chèques pour des paris sportifs.

La FDJ avait encaissé en une semaine cinq chèques pour un montant total de 45 000 euros, sans s'alerter ni entreprendre de vérifications. Le tribunal de grande instance de Nancy a estimé que l'entreprise n'a pas fait assez preuve de vigilance à l'égard des risques liés au jeu pathologique, ce qui est en contradiction avec son code de déontologie.

La victime s'était fait dérober plusieurs formulaires de chèques en août 2008 par son ex-compagnon. Ce joueur pathologique avait émis onze chèques en une semaine, auprès de détaillants et à un guichet de la FDJ, pour engager des paris sportifs à hauteur de plus de 97 000 euros. La jeune femme avait dû souscrire un emprunt de 60 000 euros pour régler les sommes dues à l'un des détaillants. Elle s'était également adressée à la FDJ, mais, faute de réponse satisfaisante, elle l'avait assignée en justice en août 2011.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.