Cet article date de plus de huit ans.

La cour d'appel ordonne la libération de Ziad Takieddine

 L'homme d'affaires franco-libanais, soupçonné d'avoir voulu fuir la France, est écroué depuis le 31 mai dernier. L'un de ses avocats évoque "une belle victoire judiciaire".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Charles Platiau Reuters)

Ziad Takkiedine était en prison depuis le 31 mai dernier. Les enquêteurs soupçonnaient l'homme d'affaires franco-libanais de vouloir fuir le France. Personnage clé de l'affaire Karachi, il aurait cherché à se procurer un passeport diplomatique de la République dominicaine contre 200.000 dollars.

Des accusations réfutées depuis le début ce projet de fuite "de fable", ses avocats avaient déjà demandé sa remise en liberté. Les juges Roger Le Loire et Renaud van Ruymbeke avaient accédé à cette demande en la conditionnant au versement d'une caution de 4,3 millions d'euros.

Cette ordonnance avait été contestée par les avocats de Ziad Takieddine qui expliquaient qu'il n'avait pas une telle somme. La cour d'appel de Paris vient donc d'ordonner une modification du contrôle judiciaire de l'homme d'affaire en annulant la demande de caution.

"C'est une belle victoire judiciaire" , explique Jean-Claude Guidicelli, l'un de ses avocats. "Il était temps que Ziad Takieddine recouvre la liberté après trois mois de détention provisoire qui me paraissait inepte" , explique-t-il.

Libération rapide

Ziad Takieddine pourrait donc être libéré "très rapidement" expliquent les avocats. Il reste toujours mis en examen dans le
volet financier de l'affaire Karachi et impliqué dans l'enquête sur d'éventuels
financements libyens de
la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Il est poursuivi pour "corruption d'agent
public étranger", "escroquerie", "détournement d'objet
saisi", "blanchiment", "fraude fiscale" et "organisation
frauduleuse d'insolvabilité". Des qualifications renvoyant à quatre
dossiers distincts.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.