JP Morgan : un trader français poursuivi par les USA, la "Baleine" épargnée

Les autorités américaines engagent des poursuites contre deux ex-traders de JP Morgan Chase, un Français et un Espagnol dans l'affaire dite "de la Baleine" alors que celui qui lui a donné son nom ne sera pas inquiété. Ils sont accusés d'avoir masqué des pertes de 6 milliards de dollars.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

La "Baleine de Londres " échappe
à la justice, pas les petits poissons. Alors que Bruno Iksil ne sera pas inquiété,
les Etats-Unis lancent des poursuites au civil et au pénal, contre deux autres ex-traders
de JPMorgan Chase, le Français Julien Grout et l'Espagnol Javier Martin-Artajo.
D'autres mises en causes pourraient avoir lieu dans cette gigantesque affaire
de manipulations comptables pour dissimuler les pertes de milliards de dollars
.

"L'enquête sur l'affaire n'est
pas close
" indique le procureur fédéral de Manhattan, Preet Bharara .Mais
comme celui qui a donné son nom à l'affaire à cause de l'ampleur de ses paris sur
les marchés opaques des crédits, Bruno Iksil, a collaboré avec les enquêteurs,
il est épargné. Un accord amiable a été signé avec les autorités, accord daté
du 20 juin publié ce mercredi.

"Ces produits étaient peut-être
complexes mais les actes criminels présumés étaient simples"

Face au procureur Preet Bharara, les
deux ex-traders Julien Grout et Javier Martin-Artajo devront expliquer les
falsifications de comptes internes de la première banque américaine. Il s'agissait
de masquer les pertes de leur unité qui s'accumulaient pour atteindre des
centaines de millions de dollars.

L'ex-trader espagnol, ancien directeur du département, est notamment
accusé d'avoir fait pression sur Bruno Iksil et Julien Grout qui étaient ses
subordonnés. La justice lui reproche également d'avoir refusé à plusieurs
reprises de voir une évaluation réaliste de ces pertes apparaître dans les
documents transmis à la hiérarchie de la banque. Il aurait même réprimandé
Bruno Iksil lorsque ce dernier les a exposés, mettant cela sur le compte de son "honnêteté"  et de "son problème qui était de vouloir être en
paix avec lui-même
". C'est lui qui risque le plus. 

De grosses peines en jeu

Un autre Français, l'ancien trader
de Goldman Sachs, Fabrice Tourre, a été jugé coupable au début du mois d'août
de fraude boursière à l'issue d'un procès très médiatisé à New York. Sa peine
reste à décider.

Julien Grout et Javier Martin-Artajo
risquent tous deux jusqu'à 65 ans de prison et cinq millions de dollars d'amende.