Jean-Marc Rouillan d'Action Directe en liberté conditionnelle

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

L'ex- "ennemi public n°1" est le dernier du
groupe de lutte armée Action directe à retrouver une liberté sous condition. Il est allé à la prison des Baumettes pour
se faire retirer le bracelet électronique qu'il portait depuis mai 2011, date
où il était sorti de prison avec alors assignation à résidence.

Jean-Marc Rouillan,
59 ans, avait bénéficié d'une semi-liberté en novembre 2007. Passant les nuits
en prison, il travaillait la journée chez un éditeur marseillais. Mais il a été
réincarcéré en octobre 2008 pour avoir déclaré dans la presse qu'il ne
"crachait" pas sur tout ce qu'il avait fait.