Intoxiqué par des pesticides, un agriculteur attaque Monsanto en justice

C'est semble-t-il la première fois qu'un particulier assigne Monsanto en justice. Après avoir inhalé du Lasso, un puissant désherbant, il est hospitalisé en 2004. Depuis, il a vu son affection reconnue comme maladie professionnelle. L'audience s'ouvre aujourd'hui devant le tribunal de grande instance de Lyon.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

L'histoire de Paul François débute le 27 avril 2004. Ce jour-là, ce céréalier de Bernac, en Charente, a la mauvaise idée d'ouvrir la cuve de sa machine à pulvériser. Il reçoit en plein visage des vapeurs de lasso, un puissant désherbant produit par Monsanto. Pertes de connaissance, hospitalisation : il doit stopper son travail pendant quasiment un an.

Et sa santé ne s'améliore pas vraiment. Les pertes de mémoire, les pertes de connaissance continuent. En mai 2005, des analyses mettent en évidence dans son corps des traces de monochlorobenzène, un solvant présent dans le Lasso.

Paul François entame alors les procédures pour faire reconnaître son affection comme maladie professionnelle. Le tribunal des affaires de sécurité sociale d'Angoulême lui donne raison en octobre 2008 ; la cour d'appel de bordeaux le confirme en janvier 2010.

Aujourd'hui, Paul François attaque directement en justice le fabricant du pesticide. Selon lui, Monsanto n'a pas indiqué la composition exacte du Lasso sur l'étiquette ; et le groupe a mis sur le marché un produit qu'il savait dangereux - il a été retiré du marché au Canada, en Angleterre et en Belgique, parfois depuis les années 80. La France a attendu... 2007.