INFO FRANCE INTER. Samsung visé par une plainte pour pratiques commerciales trompeuses

La plainte contre le groupe va être déposée, jeudi, à Paris par l'association Sherpa qui défend les victimes de crimes économiques, selon les informations de France Inter.

Une vue extérieure du siège de Samsung Electronics à Séoul, en Corée du Sud, le 9 janvier 2018.
Une vue extérieure du siège de Samsung Electronics à Séoul, en Corée du Sud, le 9 janvier 2018. (KIM HEE-CHUL / EPA)
avatar
franceinfoSara GhibaudoRadio France

Mis à jour le
publié le

L'association Sherpa, qui défend les victimes de crimes économiques, va déposer plainte, jeudi 11 janvier, contre le groupe Samsung pour pratiques commerciales trompeuses, selon les informations de France Inter. L'ONG estime que les engagements éthiques du leader mondial des téléphones portables ne correspondent pas à la réalité de ses usines chinoises.

Sur son site internet, le groupe sud-coréen assure par exemple qu'il pratique la tolérance zéro pour le travail des enfants. Pourtant, plusieurs ONG affirment le contraire. L'association China Labor Watch a inspecté ces dernières années, parfois clandestinement, une vingtaine d'usines Samsung en Chine. Elle a identifié des adolescents de moins de 16 ans sur les chaînes de production. Les ouvriers travaillent souvent 12 heures par jour, six jours par semaine. Cette pratique est aujourd'hui illégale en Chine.

Cette plainte vise à dénoncer cet écart inacceptable entre ses engagements éthiques et la réalité sur placeMarie-Laure Guislain
association Sherpa
à France Inter

Marie-Laure Guislain de l'association Sherpa souhaite "donner le pouvoir au consommateur et, on l'espère, à l'ouvrier d'agir en cas de non-respect de ces engagements". Selon l'association, le consommateur français "ne veut plus être responsable malgré lui de violations graves des droits fondamentaux des travailleurs sur la chaîne de production".

Une première plainte, déposée en 2013 par Sherpa, avait été classée sans suite par le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis). L'association a retravaillé ses arguments et dispose aujourd'hui de plus de preuves. L'année dernière, la France a adopté une loi pionnière sur le devoir de vigilance des multinationales. Un projet de traité est désormais sur la table des Nations Unies.

Samsung visé par une plainte de l'association Sherpa - un reportage de Sara Ghibaudo
--'--
--'--