Hippodrome de Compiègne : Woerth blanchi par un rapport d'expert

Ce document, consulté par "Le Monde", a été réalisé à la demande du ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac.

Eric Woerth lors d\'un meeting le 23 mai 2012, dans le cadre de la campagne pour les législatives, à Acy-en-Multien (Oise).
Eric Woerth lors d'un meeting le 23 mai 2012, dans le cadre de la campagne pour les législatives, à Acy-en-Multien (Oise). (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)

Il est "soulagé". Eric Woerth a accueilli avec satisfaction les conclusions d'un rapport d'expert dans l'affaire de la cession de l'hippodrome de Compiègne (Oise). Ce rapport blanchit l'ancien ministre UMP du Budget, rapporte mardi 24 juillet Le Monde. Il a été réalisé à la demande du ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac, par un expert indépendant, Philippe Terneyre, professeur agrégé de droit public à l'université de Pau.

"Eric Woerth était dans son droit lorsqu'il a autorisé, par un arrêté du 16 mars 2010, la vente des 57 hectares de l'hippodrome du Putois à la Société des courses de Compiègne (SCC), dans l'Oise, pour 2,5 millions d'euros", écrit Le Monde sur la base du rapport. La cession de l'hippodrome de Compiègne avait suscité la polémique, car elle n'avait pas été approuvée par le Parlement alors qu'il s'agit d'une forêt domaniale. Plusieurs députés socialistes avaient alors porté plainte.

La procédure de justice suit son cours

La commission des requêtes de la Cour de justice de la République avait ordonné en janvier 2011 l'ouverture d'une procédure pour "prise illégale d'intérêts" visant Eric Woerth, député-maire de Chantilly et témoin assisté dans ce dossier. Cette procédure n'est pas éteinte pour autant.

L'ancien ministre du Budget et ex-trésorier de l'UMP est mis en examen dans un autre dossier, l'affaire Bettencourt.