Hérault : un homme condamné à six mois avec sursis pour avoir menacé le couple Macron dans une vidéo

L'homme de 34 ans a été condamné lundi 30 septembre pour avoir proféré des menaces à l'encontre du couple Macron dans une vidéo publiée sur Facebook.  

Un habitant de Béziers a été condamné à six mois de prison avec sursis pour avoir menacé dans une vidéo le couple Macron.
Un habitant de Béziers a été condamné à six mois de prison avec sursis pour avoir menacé dans une vidéo le couple Macron. (GOOGLE MAPS)

Un habitant de Béziers a été condamné lundi 30 septembre à six mois de prison avec sursis pour avoir menacé dans une vidéo sur Facebook Emmanuel et Brigitte Macron, rapporte mercredi 2 octobre France Bleu Hérault. "Nous aussi on est armé, on a des chiens. Il va falloir que tu caches Brigitte, car nous allons envahir les Champs-Elysées", avait déclaré le trentenaire dans une vidéo diffusée sur le réseau social. L’homme de 34 ans se réjouissait également des blessures côté policiers, lors des mobilisations des "gilets jaunes".

Une seconde vidéo publiée

Le trentenaire a été interpellé le 11 janvier dernier, après une dénonciation anonyme. Après deux jours de garde à vue, l'homme a diffusé une deuxième vidéo dans laquelle il menace cette fois l’officier de police judiciaire qui lui a confisqué son téléphone : "Si tu ne me le rends pas, nous allons mettre le feu à Béziers", déclare-t-il. Le Biterrois, bipolaire, a reconnu devant le tribunal avoir agi sous le coup de la colère, voire "certainement de la démence", car pour lui "impossible de vivre avec les 1 000 euros" qu’il gagne tous les mois. Il a fait ça pour ses enfants, a-t-il expliqué.

Pour son avocate, ces propos auraient dû "rester dans la sphère familiale"

Interrogée par France Bleu Hérault, son avocate Solène Mangin, a expliqué que "c’était la situation, le ras-le-bol qu’il aurait pu exprimer dans une sphère privée et qu’il a exprimé dans une sphère publique". D'après l'avocate, c’est une période, où "il y a eu énormément de personnes qui ont invité à rendre publique des sentiments et des propos qu’elles pouvaient tenir en privé et fort de cette démonstration", il s’est dit "pourquoi pas moi". Ces propos auraient dû "rester dans la sphère familiale. Initialement, c’est un groupe [Facebook] qui a 200 membres et après ça prend les proportions que l'on connait", avec près de 70 000 vues pour la video.

Le parquet avait requis trois mois de prison avec sursis. Il est condamné au double, avec l’interdiction de posséder une arme pendant cinq ans et la confiscation de son téléphone portable.