Justice : avocats et magistrats vent debout contre la réforme

La réforme de la justice a été présentée ce vendredi 20 avril en Conseil des ministres. Cette réforme est très critiquée, alors la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, a voulu en rassurer en affirmant notamment qu'aucun tribunal ne sera supprimé.

France 3

C'est une vaste réforme, mais déjà contestée par les professionnels de la justice, que la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, a présentée ce vendredi 20 avril au matin en Conseil des ministres. L'un des socles de cette réforme sera l'augmentation progressive du budget de la justice, qui devrait passer de 7 milliards d'euros cette année à 8,3 milliards en 2022. Parmi les mesures annoncées, la création d'un tribunal criminel départemental chargé de désengorger les cours d'assises ou encore la numérisation de la justice : les dépôts de plainte se feront sur internet et tout le dossier pénal deviendra numérique.

Le projet de fusion des tribunaux d'instance et de grande instance fait polémique

Au total, la réforme prévoit une soixantaine de mesures. Mais ce projet de modernisation et de simplification de la justice suscite une forte opposition de beaucoup d'avocats et de magistrats, qui l'ont fait savoir dans les rues de Paris, il y a deux semaines. Cet après-midi, la conférence des bâtonniers, réunis à Bobigny (Seine-Saint-Denis), a dénoncé à nouveau l'ensemble de la réforme. Avocats et magistrats contestent en particulier le projet de fusion des tribunaux d'instance et de grande instance. Du côté de la chancellerie, on assure que cette fusion n'entraînera aucune fermeture de tribunal.

Le JT
Les autres sujets du JT
Illustration. Cour d\'appel d\'Angers (Maine-et-Loire), le 17 août 2018.
Illustration. Cour d'appel d'Angers (Maine-et-Loire), le 17 août 2018. (MAXPPP)