Gomme-cogne : le policier nantais relaxé

Le tribunal correctionnel de Nantes a relaxé mardi un policier accusé d'avoir éborgné un lycéen de 16 ans lors d'une manifestation en 2007.

Pierre, le jeune homme blessé par un tir de gomme-cogne en 2007 lors d\'une manifestation étudiante, patiente dans la salle d\'audience du tribunal correctionnel de Nantes (Loire-Atlantique), le 06 mars 2012.
Pierre, le jeune homme blessé par un tir de gomme-cogne en 2007 lors d'une manifestation étudiante, patiente dans la salle d'audience du tribunal correctionnel de Nantes (Loire-Atlantique), le 06 mars 2012. (FRANK PERRY / AFP)

Le tribunal correctionnel de Nantes a relaxé mardi un policer accusé d'avoir éborgné un lycéen de 16 ans avec un gomme-cogne lors d'une manifestation en 2007, à Nantes (Loire-Atlantique). Il était jugé pour "violences volontaires avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique" et encourait sept ans de prison.

Le tribunal a reconnu que le prévenu avait bien effectué le tir incriminé. Mais il a estimé que sa responsabilité pénale ne pouvait être engagée, dans la mesure où il avait exécuté un ordre qui n'était pas manifestement illégal. Cette décision est conforme aux réquisitions du parquet.

"On ne lâchera jamais contre ce policier"

La victime, Pierre Douillard, qui a perdu l'usage d'un œil, entend engager une procédure devant la justice administrative. "On ne lâchera jamais contre ce policier et sa hiérarchie", laquelle n'avait d'ailleurs pas été citée à comparaître au procès, a-t-il déclaré.

Les faits se sont déroulés le 27 novembre 2007, devant le rectorat de Nantes, lors d'une manifestation de lycéens opposés à la loi Pécresse sur l'autonomie des universités. Alors que les forces de l'ordre étaient séparées des manifestants par les grilles du bâtiment, Pierre Douillard avait reçu une balle de gomme-cogne LBD40 dans l'œil.