Cet article date de plus d'onze ans.

Garraud (UMP) et Raimbourg (PS) s'opposent sur la justice

D'un côté, Jean-Paul Garraud, magistrat, secrétaire national chargé de la justice à l'UMP ; de l'autre, Dominique Raimbourg, député PS, chargé de la justice auprès de François Hollande. Et deux conceptions, forcément différentes, de la justice...
Article rédigé par Guillaume Gaven
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

"Il faut aller plus loin dans la réforme de la justice" , assène le député socialiste Dominique Raimbourg. Chargé de la justice auprès du candidat Hollande, il s'explique : "la machine est un peu malade, elle a vieilli" - augmentation des procédures, des divorces, des tutelles... Ce constat, le député UMP Jean-Paul Garraud ne le partage qu'en partie. Lui veut faire le distinguo entre l'institution judiciaire, qu'il faut encore moderniser - mais qui l'a été déjà pas mal - et la justice elle-même. "Quand François Hollande réclame des moyens, des postes... il suffisait juste de voter les lois que nous avons proposées", conclut-il.

On le sait, le candidat Hollande veut revenir sur les peines-plancher. Cette mesure symbolique de la présidence Sarkozy "encombre les tribunaux" , explique Dominique Raimbourg. Jean-Paul Garraud contre-attaque sur le numerus clausus, proposé par le PS : un aménagement de peine, pour faire sortir quelqu'un de prison avant de faire entrer un nouveau détenu. Une proposition inepte, pour l'UMP.

Dernier sujet de débat : l'indépendance de la justice. Non, la justice n'est pas indépendante, martèle Dominique Raimbourg. Le PS veut rendre les nominations au parquet indépendantes du pouvoir politique. Quant à la suppression des juges d'instruction, prônée par Sarkozy... "On ne peut pas réformer que l'instruction" , estime l'UMP Jean-Paul Garraud. "Il faut un plan de plus grande ampleur" ...

 


Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.