Cet article date de plus de neuf ans.

François Fillon souhaite un consensus politique pour adopter "les mesures anti-terroristes"

Vendredi 23 mars, François Fillon était l'invité de RTL. Il souhaite que les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy pour lutter contre le terrorisme soit adoptées par un consensus politique avant l'élection présidentielle.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François Fillon (BERTRAND GUAY / AFP)

Vendredi 23 mars, François Fillon était l'invité de RTL. Il souhaite que les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy pour lutter contre le terrorisme soit adoptées par un consensus politique avant l'élection présidentielle.

François Fillon a déclaré vendredi sur RTL que les mesures antiterroristes annoncées par Nicolas Sarkozy après les tueries de Toulouse et Montauban seraient adoptées avant l'élection présidentielle en cas de "consensus" entre les partis.

Consensus politique réclamé

"Nous sommes en train de travailler à la rédaction d'un texte présenté en Conseil des ministres dans une dizaine ou une quinzaine de jours", a précisé le Premier ministre.

"Je consulterai les groupes politiques de l'Assemblée et du Sénat pour voir, ce qui devrait être le cas, s'il y a un consensus pour voter ces textes, auquel cas on pourrait les voter avant les élections présidentielles", a précisé le chef du gouvernement.

"S'il n'y a pas de consensus, ce que malheureusement les premières déclarations du Parti socialiste laissent penser, ce texte sera voté dès que le Parlement issu des législatives (de juin, ndlr) sera convoqué", a ajouté M. Fillon

Réactions à gauche

Jean-Marie Le Guen, député PS de Paris, réagit pour FTV 2012. "Ce n'est pas sérieux. On est dans l'improvisation pour échapper à une situation où il n' y a pas lieu de rouler des mécaniques. C'est une instrumentalisation grossière et tacticienne", juge M. Le Guen.

Sur Europe1, Manuel Valls, directeur de la campagne de François Hollande est plus mesuré.

"François Hollande ne remet pas en cause la nécessité de mettre le terroriste Mohamed Merah hors d'état de nuire, même s'il était normal de poser des questions", explique-t-il.

"N'instrumentalisons pas ce débat à des fins politiques, aucune loi ne peut être votée définitivement et mise en oeuvre avant l'élection présidentielle", a-t-il affirmé.
Eva Joly, candidat d'Europe Ecologie, juge inutile toute nouvelle législation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.