Financement présumé illégal du FN : le microparti Jeanne mis en examen

Le microparti de Marine Le Pen a été mis en examen mercredi pour acceptation par un parti politique d'un financement provenant d'une personne morale et escroqueries lors des législatives de 2012.

(Marine Le Pen pendant la campagne des législatives de 2012 © MAXPPP)

Menée par les juges financiers parisiens Renaud van Ruymbeke et Aude Buresi, l'enquête porte sur le financement des campagnes présidentielle et législative 2012 et vise le FN, le microparti Jeanne et la société Riwal. C'est de cette société dirigée par un proche de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon, que Jeanne est soupçonnée d'avoir reçu un financement illicite. Ce microparti aurait joué un rôle central, en prêtant des fonds aux candidats frontistes tout en leur fournissant des kits électoraux fabriqués par Riwal. Un système en vase clos qui aurait pu permettre de pratiquer des surfacturations au préjudice final de l'État, puisque les frais de campagne sont remboursés. Frédéric Chatillon, le patron de Riwal, a déjà été mis en examen pour financement illégal de parti politique. Ainsi que la société elle-même en tant que personne morale pour escroquerie.