Cet article date de plus de quatre ans.

Filière djihadiste "de Strasbourg" : qui sont les sept prévenus ?

Sept jeunes hommes âgés de 24 à 27 ans comparaissent depuis lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Paris, soupçonnés d'appartenir à la filière djihadiste "de Strasbourg". Pour la plupart sans diplômes, ils affirment avoir voulu "aider le peuple syrien".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les sept prévenus sont passés par la Syrie. L'un d'entre eux est le frère d'un des kamikazes du Bataclan, qui était lui aussi passé par cette "filière de Strasbourg" © Sipa)

Le procès de sept Strasbourgeois, âgés de 24 à 27 ans, dont le frère d'un kamikaze du Bataclan, qui ont passé plusieurs mois en Syrie entre décembre 2013 et avril 2014, s'est ouvert lundi à Paris. La plupart n’ont pas de casier judiciaire, ni de vrais diplômes, sauf deux ont qui poussé jusqu’aux bancs de l’université. Le groupe d’amis vivait de petits boulots, comme éducateurs ou chauffeurs-livreurs.  L’un d’eux avait un contrat dans un club de football en Allemagne. Sept amis qui se retrouvaient pour jouer au foot et écumer les bars à chichas. L’idée d’un départ en Syrie se serait imposée à force de regarder sur internet les horreurs commises par le régime de Bachar Al Assad.

Certains ont prétendu aller à Dubaï 

Vous maintenez que vous êtes partis dans un but humanitaires, questionne la présidente ? Oui, répondent-ils. Ou au moins pour aider le peuple syrien. Certains reconnaissent que cela impliquait  de prendre les armes. Aucun d’eux n’en a parlé à leur famille : leurs proches ont donné l’alerte, se démenant pour les aider à revenir. Certains ont prétendu qu’ils se rendaient à Dubaï, comme le joueur de football affirme ainsi qu’il voulait aller "travailler là-bas ", invoquant le "rêve américain ".

Association de malfaiteurs terroriste 

"Mais pourquoi, alors, cette parenthèse syrienne ? ", questionne son avocat. "Parce que personne ne faisait rien pour aider ces gens ", répond le jeune homme. Quand il est rentré, au bout de deux mois, Il a repris le football. Mais après quelques semaines de surveillance, la police l’interpelle avec ses amis. Ils doivent aujourd’hui répondre d’association de malfaiteurs terroriste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.