Fait divers : de la relecture du dossier aux aveux dans l’affaire Bonfanti

Publié Mis à jour
Fait divers : de la relecture du dossier aux aveux dans l’affaire Bonfanti
FRANCE 2
Article rédigé par
E.Pelletier, J.Debraux, J.Vitaline D.Sébastien, B.Parayre, Z.Berkous, N.Bergot - France 2
France Télévisions

L’enquête sur la disparition de Marie-Thérèse Bonfanti a fini par aboutir après 36 ans de recherche, jeudi 12 mai. Elle avait disparu le 22 mai 1986. Un homme qui avait été placé en garde à vue à l’époque, avant d’être relâché faute de preuves, a avoué. Son mari et ses deux enfants sont soulagés.

Comment les gendarmes ont-ils obtenu des aveux dans l’un des plus anciens cold case de France ? Marie-Thérèse Bonfanti, mère de famille de 25 ans, a disparu le 22 mai 1986 à Pontcharra (Isère). Elle livrait des journaux. Sa voiture a été retrouvée portière ouverte, clés sur le contact, près d’une maison. À l’époque, les enquêteurs ont placé en garde à vue un jeune homme qui l’occupait. Il était connu pour avoir agressé deux femmes. La piste s’est arrêtée là.

Des analystes du comportement présents

La famille n’a jamais cessé de vouloir connaître la vérité. Le dossier a été rouvert et l’homme de 1986 est passé aux aveux, jeudi 12 mai. Thierry Bonfanti, l’époux de la disparue, parle d’un "soulagement énorme". En début de semaine, la garde à vue a repris pour Yves Chatain. Des analystes du comportement ont suivi le débat en dehors de la salle. L’homme a avoué avoir étranglé la jeune femme et avoir jeté le corps dans un ravin en pleine montagne. Les recherches n’ont pour l’heure rien donné.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.