États-Unis : Ariel Castro, le tortionnaire de Cleveland, condamné à la prison à vie

Le tribunal de Cleveland a entendu ce jeudi l'une des victimes d'Ariel Castro, séquestrée pendant onze ans. La jeune femme a affirmé qu'elle pourrait "pardonner mais [...] jamais oublier". Ariel Castro, lui, a demandé pardon à ses victimes, plaidant devant ses juges : "Je suis malade". Ayant plaidé coupable la semaine dernière, il s'est évité la peine de mort mais finira ses jours en prison.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Ariel Castro s'est présenté ce jeudi devant le tribunal de Cleveland, des regrets plein la bouche. Dans la tenue orange réservée aux prisonniers, de petites lunettes sur le nez, il a demandé pardon à ses victimes.

L'homme de 53 ans a tenu à le dire clairement : "Je ne suis pas un monstre, je suis malade ". Ariel Castro est devenu le visage de l'horreur pour les Américains depuis le 6 mai dernier, et la découverte de ses crimes. Pendant plus de dix ans, il a séquestré et violé trois jeunes filles, dans sa maison de Cleveland, au nord-est des États-Unis. L'ancien chauffeur de bus savait qu'il passerait sa vie en prison, mais il s'est évité la peine de mort en plaidant coupable, la semaine dernière.

Le juge Michael Russo a finalement prononcé la sentence : prison à vie, sans aucune possibilité de libération anticipée.

Mensonges

Au cours de sa déclaration décousue, Ariel Castro a répété que son enfance avait joué sur ses actes. Il a affirmé une nouvelle fois avoir été agressé sexuellement étant jeune, et être par la suite devenu accro au sexe et à la pornographie.

Des images de chaînes, qui entravaient les trois victimes, ont été rendues publiques.

D'ailleurs, selon lui, "la plupart des relations sexuelles dans la maison, probablement toutes étaient consenties ". "Je ne suis pas une personne violente ", a-t-il encore clamé. Mais le juge l'a renvoyé dans les cordes : "Vous dites être une victime, mais vous êtes un bourreau... "

Selon Ariel Castro, une grande partie des accusations des trois jeunes filles sont donc complètement fausses.

Récit morbide

Pourtant, quelques minutes plus tôt, l'accusé a pu entendre l'une de ses victimes dresser l'inventaire complet des sévices subis au secret, dans la maison de Cleveland. Michelle Knight, 32 ans aujourd'hui mais 20 ans seulement au moment de son enlèvement, a ému la cour en affirmant qu'elle pourrait "pardonner mais [...] jamais oublier ".

"Je vivrai [...] pendant que tu mourras à petit feu chaque jour en pensant aux onze années et aux atrocités que tu nous as infligées" (Michelle Knight)

La jeune femme a notamment marqué les esprits avec cette phrase : "Je surmonterai ce qui s'est passé. Tu vivras en enfer pour l'éternité ".

Michelle Knight, comme ses co-détenues Amanda Berry - dont la fille Jocelyn, six ans, est née d'un énième viol de Castro - et Gina DeJesus, a tenu pendant toute sa détention des journaux intimes, dont des extraits ont été révélés lors de l'audience. De même, les témoignages des policiers ainsi que les photos de la maison de Castro et son intérieur ont fait froid dans le dos, relatant toute l'horreur d'une histoire qui aura marqué les Américains.