Elue écolo mise en examen : "On n'a jamais retrouvé 400 000 euros chez ma cliente", affirme l'avocat

Joint par FTVi, l'avocat de Florence Lamblin, mise en examen dans le cadre d'une enquête sur un vaste réseau de blanchiment d'argent de la drogue, revient sur les charges qui pèsent sur l'élue écolo. 

Me Jérôme Boursican (G), avocat de l\'élue EE-LV Florence Lamblin, le 17 février 2012 à Paris.
Me Jérôme Boursican (G), avocat de l'élue EE-LV Florence Lamblin, le 17 février 2012 à Paris. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

JUSTICE - Florence Lamblin, adjointe au maire du 13e arrondissement de Paris a été mise en examen, vendredi 12 octobre, pour blanchiment en bande organisée et association de malfaiteurs. L'élue Europe Ecologie-Les Verts a été interpellée et entendue mercredi. Elle affirme ne "rien avoir à voir" avec cette histoire. Son avocat, Me Jérome Boursican répond à FTVi et dément la démission de sa cliente. Une démission finalement confirmée par le maire du 13e lui-même.

FTVi : Comment réagit votre cliente ?

Me Jérôme Boursican, avocat de Florence Lamblin : Ma cliente est extrêmement inquiète et déterminée. La lumière est sur elle car c'est une élue locale, c'est une honte. Tout le monde s'acharne sur elle. La vérité, c'est qu'elle est en lien avec une personne mise en cause et elle a été interpellée au regard de ce lien mais aussi de conversations téléphoniques dénuées de toute fondement concernant le blanchiment.

Elle réfute les accusations qui portent sur elles ? 

Pour qu'il y ait blanchiment, il faut qu'elle ait reçu de l'argent dont elle connaisse l'origine. C'est cela qui est reproché aux autres personnes mises en cause [19 interpellations, neuf personnes mise en examen et placées sous contrôle judiciaire en France, deux hommes écroués à Genève (Suisse)].

Les enquêteurs n'ont jamais retrouvé 400 000 euros en liquide au domicile de ma cliente, c'est une information fausse. Elle possède bien un compte bancaire en Suisse, mais celui-ci n'a aucun lien avec le blanchiment. Il y a, au pire, quelques défauts de déclaration au fisc, de l'ordre de 1 500 ou 2 000 euros par an, mais rien de plus. Ce compte est un héritage, il est dans la famille depuis 1920.