Cet article date de plus de cinq ans.

Dix condamnés et deux acquittés dans le procès d'Echirolles

La cour d'assises de l'Isère a condamné samedi dix des douze accusés des meurtres de Kevin et Sofiane en 2012 à Échirolles à des peines allant de 8 à 20 ans de réclusion criminelle. Les deux autres ont été acquittés. Un verdict rendu dans un climat d'extrême tension.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Palais de justice de Grenoble où s'est tenu pendant six semaines le procès des meurtres, en 2012, de Kevin et Sofiane à Echirolles © Maxppp)

Sur les douze personnes accusées des meurtres de Kevin et Sofiane, en 2012, à Échirolles, dix ont été condamnés samedi à des peines de 8 à 20 ans de réclusion. La peine la plus lourde, 20 ans, a été prononcée à l'encontre d'Ilyes Tafer, accusé d'avoir porté des coups de couteau lors de la rixe, alors qu'il n'avait reconnu que des coups de poing.

La cour d'assises de l'Isère a prononcé l'acquittement des deux autres, dont Ibrahim Camara, ce qui a suscité de vives réactions dans la salle et à l'extérieur du tribunal. Un climat d'extrême tension qui a conduit à une suspension de l'audience pendant quelques minutes. Une bagarre à même éclaté dans le box.

Le ministère public avait requis en début de semaine des peines de 10 à 20 ans de prison à l'encontre des accusés, âgés de 19 à 24 ans, dont deux mineurs au moment des faits. Ces deux derniers ont été condamnés samedi à 12 ans de prison. 

AOD : Dix condamnés et deux acquittés dans le procès d'Echirolles. Le reportage sur place de Xavier Demagny
écouter

"Dans l'ensemble, la cour a plutôt bien jugé"

Pour Me Francis Szpiner, qui a défendu les familles des victimes depuis 6 semaines, ce jugement est satisfaisant. "La cour a su faire une graduation pour montrer que ce n'était pas une rafle judiciaire où on mettait tout le monde dans le même sac" , explique l'avocat. Mais il regrette la décision "au-delà de la générosité" de l'acquittement d'Ibrahim Camara, qui a quand même participé aux faits. 

De même, "celui qui est à l'origine de tout se voit condamné à la peine la plus faible. Il y a une sorte de prime à la coopération avec la justice, qui me semble bien payée" , ajoute-t-il.

"Nous avons toujours dit que nous avions affaire à des gens violents" Me Francis Szpiner, avocat des victimes d'Echirolles
écouter

Un déchaînement de violence

Tous les accusés étaient jugés à huis clos depuis le 2 novembre pour le double meurtre de Kevin, étudiant en master de 21 ans, et Sofiane, éducateur de 22 ans, dans un parc d'Échirolles, près de Grenoble, le 28 septembre 2012. Ce jour là, une bagarre éclate devant un lycée d'Echirolles entre Wilfried, le frère de Kevin, et un autre garçon au sujet d'une fille. Des affrontements s'ensuivent alors entre différents groupes des quartiers des Granges à Echirolles et de la Villeneuve à Grenoble.

Dans la soirée, une vingtaine de jeunes décident de lancer une expédition punitive à Echirolles. Face à eux, Kevin, étudiant en master, et son ami Sofiane, éducateur, leur demandent de rentrer chez eux. Le déchaînement de violence est alors impressionnant : Kevin est frappé de huit coups de couteau, et Sofiane est poignardé à 31 reprises et frappé à la tête avec un marteau. Le drame suscite une vague d'émotion et d'indignation au-delà de l'Isère.

► A LIRE AUSSI  : Le drame d'Echirolles

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.