Cet article date de plus de dix ans.

Disparus en Bolivie : quatre personnes mises en examen après deux ans d'enquête

Deux ans après la disparition de Fannie Blancho et Jérémie Bellanger, deux jeunes Français vraisemblablement victimes d'un crime crapuleux en Bolivie le 29 août 2010, le père de Jérémie et sa compagne sont rentrés en France après 24 mois d'enquête sur place. Ils souhaitaient obtenir justice pour leurs enfants. Ils ont obtenu la mise en examen de quatre personnes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Franck Dubray Maxppp)

Après deux ans d'enquête sur les traces de leurs enfants disparus, Patrick Bellanger
et sa compagne, n'ont pas retrouvé les corps de Jérémie Bellanger et Fannie
Blancho, ce jeune couple originaire de Nort-sur-Erdre, près de Nantes, disparus
le 29 août 2010.

Ils sont rentrés mercredi, à l'aéroport de Nantes-Atlantique. "Les choses sont en bonne voie, entre guillemets, dans le
sens où quatre accusés vont probablement passer en procès d'ici quelques mois"
, a déclaré
le père de Jérémie, Patrick Bellanger, à sa descente de l'avion.

Quatre personnes mises en examen

Un retour sans être parvenu à retrouver le corps des deux jeunes gens
mais avec l'espoir que justice soit faite. Ils ont obtenu la mise en examen de quatre personnes, dont trois qui
ont été placés en détention provisoire.

Leur vie sur place, ainsi que l'aide apportée à la justice
bolivienne sur le terrain - avocat, essence pour les enquêteurs...- ont été
financées par l'association "Solidarité Jérémie-Fannie", rassemblant
les familles et les amis des deux jeunes gens.

L'association "Solidarité Jérémie-Fannie"
continue son action de collecte de fonds. Il s'agit maintenant de financer le
voyage retour en Bolivie pour assister au procès des suspects. Un festival de
musique est organisé samedi 17 novembre, salle Cap Nort à Nort-sur-Erdre.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.