Cet article date de plus de neuf ans.

Un ex-juge et un avocat perquisitionnés après une plainte de Total pour "escroquerie"

Un ancien président de tribunal de commerce et un avocat ont été perquisitionnés il y a près d'une semaine dans le cadre d'un litige qui oppose le groupe français à une société russe.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

Un ex-président de tribunal de commerce et un avocat ont été perquisitionnés vendredi 21 octobre après une plainte de Total pour "escroquerie en bande organisée", concernant un conflit qui l'oppose à une société russe.

Le groupe français conteste les conditions dans lesquelles la société Interneft et deux régions russes ont fait appel à la justice arbitrale en 2009 pour régler leur litige, après l'abandon d'un contrat pétrolier signé en 1992. La société russe réclame désormais 16,2 milliards d'euros à Total.

Le groupe pétrolier estime avoir été trompé et n'avoir donné son accord à aucune étape de la procédure. Total, qui demandait le dessaisissement du tribunal arbitral, a été débouté par la justice civile et a porté plainte en mai à Nanterre (Hauts-de-Seine) pour "escroquerie en bande organisée". Le parquet a ouvert une enquête préliminaire. Les perquisitions ont visé deux des trois personnes désignées pour cet arbitrage : Jean-Pierre Mattei, ancien président du tribunal de commerce de Paris, et Laï Kamara, un administrateur de biens.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.