CQFD : Les travaux d'intérêt général

Le gouvernement devrait dévoiler demain les pistes de sa réforme de la Justice avec 5 grands chantiers : l'un d'eux porte sur l'efficacité de la peine. Il existe des alternatives à la prison, comme le travail d'intérêt général. 

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Six semaines comme jardinier municipal plutôt que six mois de prison fermes pour conduite sous stupéfiant... Nous avons voulu comprendre pourquoi le Travail d'intérêt général, le TIG, a tant de succès dans les discours politiques et pourquoi il y en a si peu. Pour ses partisans, le TIG, c'est l'alternative idéale à la prison. Finie la surpopulation carcérale, moins de récidives, priorité à la réinsertion des condamnés par un travail rémunéré. Le gouvernement veut en faire un symbole de sa réforme de la justice.

37 000 chaque année, 6,5 % de l'ensemble des condamnations

En France, le TIG reste peu utilisé : 37 000 chaque année, seulement 6,5% de l'ensemble des condamnations. Cette peine est-elle efficace? Oui, selon les statistiques. Après un TIG : 34% de récidive. Après la prison, 61%. Des chiffres à nuancer, car les travaux d'intérêt général ne s'appliquent qu'aux délits considérés comme les moins graves : les petits vols ou la conduite sans permis par exemple.

Le JT
Les autres sujets du JT
Au palais de justice de Rennes (Ille-et-Vilaine), le 19 septembre 2017.
Au palais de justice de Rennes (Ille-et-Vilaine), le 19 septembre 2017. (LOIC VENANCE / AFP)