Cet article date de plus de neuf ans.

Corse : Andy sera finalement jugé à huis clos pour le meurtre de sa famille

Le procès d'Andy se déroulera finalement à huis clos. Le jeune homme de 19 ans, mineur au moment des faits, est accusé d'avoir tué avec un fusil de chasse ses parents et ses frères, deux jumeaux âgés de 10 ans, près d'Ajaccio en 2009.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Andy avait souhaité que les audiences soient publiques. "Je
suis coupé du monde depuis trois ans (...) Cela permettra aussi à des gens de
venir me soutenir
", déclare-t-il lundi, le visage fin, le regard
fixe, impassible devant la cour d'assises des mineurs de Corse-du-Sud devant
lequel il comparait pour
avoir tué au fusil de chasse ses parents et ses deux
frères il y a trois ans (Voir : le Plus France Info)

"Andy souhaite être jugé au grand jour parce que, depuis
plus de trois ans, il est déconnecté de la réalité
", arguait lundi
après-midi l'un de ses trois avocats, le bâtonnier Marc Maroselli, qui a
demandé, lui aussi, une publicité totale des débats.

"Par respect pour
la douleur des parties civiles, le débat public serait un affront"

Face à eux, l'un des conseils des parties civiles rétorquera ne pas croire "qu'il est de l'intérêt de la société de se
repaître de ce drame atroce
", que par "respect pour la
douleur des parties civiles, le débat public serait un aff
ront".
Notamment, l'avocat insiste sur le "grand battage médiatique " autour du
dossier. Et sur la cinquantaine de journalistes présents à l'audience.

L'avocat général plaide en leur faveur, en aspirant à "un
débat calme, plein et serein".
Une heure de délibérations plus tard,
le président indique que la demande d'Andy est recevable, mais qu'il souhaite
protéger le jeune majeur "des incidences d'un procès public" ,
eu égard à sa fragilité psychologique au moment des faits. Le jeune homme n'avait
alors que 16 ans : comme le lui permet le code de procédure pénale, la cour
ordonne le huis clos.

En effet, au terme de son article 306, le code précise
que la cour d'assises des mineurs peut ordonner le huis clos lorsque "la personne poursuivie, mineure au moment des faits, est devenue majeure au
jour de l'ouverture des débats et que cette dernière, le ministère public ou un
autre accusé en fait la demande"
.

Le président précisant qu'il n'y avait pas "volonté
d'écarter les médias", les seuls éléments pris en compte étant ceux
qui concernent la personnalité de l'accusé
", et que cette décision
était du seul ressort des trois magistrats de la cour, parmi lesquels se
trouvent deux juges pour enfants. 

"J e
n'entendais plus rien et je voyais tout flou. Il y avait quelqu'un 
d'autre à ma place"

Le verdict est attendu pour vendredi : d'ici là, la
cour essaiera de mettre au jour ce qui a pu pousser, une nuit d'août 2009,  le jeune Andy à s'armer d'un fusil de chasse
et tuer père, mère et frères. Depuis trois ans, les experts psychiatres se
contredisent sur la capacité de discernement de l'adolescent, ce soir là. Andy,
n'avait jamais pu fournir un début d'explication : "Je n'entendais
plus rien et je voyais tout flou. Il y avait quelqu'un d'autre à ma pla
ce ", avait-il expliqué. Il
risque la prison à perpétuité. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.