Cet article date de plus de sept ans.

Corée du Sud : arrestation du capitaine du ferry naufragé

Le capitaine du ferry sud-coréen qui a fait naufrage lmercredi au sud du pays a été arrêté samedi matin. Lee Joon-Seok fait face à cinq accusations, dont celle de négligence et de violation du droit de la mer, précise l'agence. 28 personnes ont trouvé la mort et 268 sont jusqu'à présent portées disparues à la suite de ce drame.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Issei Kato Reuters)

Alors que 268 personnes sont toujours portées disparues après le naufrage d'un ferry sud-coréen mercredi, les autorités sud-coréennes
ont arrêté samedi matin- heure locale - le capitaine du navire. 

"L'équipe d'enquête commune de la police et des procureurs a requis des mandats pour arrêter trois membres de l'équipage, dont le capitaine ", avait précisé un responsable des gardes-côtes à Makpo lors de l'émission d'un mandat d'arrêt contre  Lee Joon-Seok, 52 ans. L'homme fait face à cinq accusations, dont celles de
négligence et de violation du droit de la mer.

Les parents des victimes en colère

Selon un bilan provisoire, vingt-huit personnes ont trouvé la mort et 268 sont toujours portées disparues
à la suite de ce naufrage qui a eu lieu à proximité de
l'île de Jindo. 

Les parents, effondrés et en colère, ont accusé d'incompétence l'équipage,
les secours et les autorités. Les procureurs ont déclaré vendredi que les premiers éléments de l'enquête
avaient montré que le capitaine Lee Joon-Seok avait laissé la barre à son
troisième officier avant l'accident.

Le capitaine et la plupart des 28 membres de l'équipage du Sewol ont réussi
à quitter le navire avant qu'il ne sombre, et ont été vivement critiqués pour
l'avoir abandonné alors que la majorité des passagers étaient prise au piège
dans le ferry.

Les recherches se poursuivent

Plus de 48 heures après le drame, et malgré la violence des courants, deux
plongeurs ont réussi à ouvrir une porte et à entrer dans la partie cargo du
navire totalement immergé.
"Il n'y a quasiment aucune visibilité. Vous ne pouvez pas voir votre main
devant votre visage
", a dit l'un des deux hommes une fois revenu à terre.

Les secouristes espèrent encore trouver des passagers qui se seraient réfugiés
dans des poches d'air, hypothèse de moins en moins probable au fil des jours. Trois grues géantes flottantes arrivées sur les lieux ne commenceront le
renflouement de l'épave qu'une fois tout espoir perdu de retrouver des
survivants. Quand aux causes de l'accident, elles demeurent pour le moment inconnues.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.