Cet article date de plus de neuf ans.

Arthur, 5 ans, retenu au Brésil malgré des décisions de justice

Arthur, un enfant de 5 ans, est retenu au Brésil depuis le décès de ses parents lors d'un accident de voiture qui a coûté la vie à son père français et à sa mère brésilienne en mars 2011. Depuis c'est la famille maternelle brésilienne du petit garçon qui s'en occupe. Malgré les décisions judiciaires des deux pays. Ses grands-parents français vont être reçus ce vendredi matin au cabinet du ministre des Affaires étrangères. Ils demandent au Quai d'Orsay de se saisir de ce dossier qui mêle les justices française et brésilienne.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Ueslei Marcelino Reuters)

Le grand-père paternel d'Arthur relit la décision de la
cour d'appel de Rio qui date d'août dernier. "Cet enfant est retenu de façon
illicite au Brésil
". Marc Bataille voudrait que Laurent Fabius intervienne
pour que cette décision, qui va dans le sens de celle rendue en France, soit
appliquée. "La garde d'Arthur est donnée à sa grand-mère paternelle, Anne
Bataille
."

En somme, tout va dans le sens d'un rapatriement d'Arthur en
France, selon Marc Bataille. Il faut donc contraindre sa famille maternelle.

"Ce qui existe, c'est la charte de l'enfant. Il existe
également des règles internationales qui ont été signées entre le Brésil et la France
et qui permettent à tout moment de rapatrier Arthur. Je ne comprends pas
pourquoi la diplomatie française ne veut pas se saisir de cette affaire. 
Il y a un vrai problème. J'ai toujours l'impression qu'un
enfant français vaut moins cher qu'un rafale, quelque chose de ce genre
".

"Arthur, c'est un
otage" (son grand-père paternel)

François Hollande sera en visite au Brésil la semaine prochaine. "Et bien
qu'il me ramène Arthur, c'est la moindre des choses. Ou qu'il me ramène un
calendrier précis sans qu'on ait des paroles lénifiantes comme on a eu jusqu'à
présent par rapport à cette affaire. C'est un vrai scandale. Arthur, c'est un
otage. Alors qu'est-ce que je fais ? Je vais le mettre à la télévision à la
suite des gens qui sont dans le Sahara.
"

Marc Bataille et son épouse se disent prêts, s'il le faut, à
accompagner le chef de l'Etat au Brésil pour ramener leur petit-fils en France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.