Cet article date de plus de sept ans.

Albi : la meurtrière présumée de l’enseignante en psychiatrie

La mère de famille suspectée d’avoir poignardé à mort une institutrice à Albi vendredi matin va être placée dans un service psychiatrique. Le comportement de cette femme de 47 ans avait été signalé en début d’année.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La mère de famille suspectée pour la mort d'une enseignante à Albi, placée en psychiatrie © Maxppp)

Quelques heures après le geste mortel visant une enseignante, le procureur d’Albi a annoncé un envoi immédiat et d’office en milieu psychiatrique. La mère de famille mise en cause a tenu des "propos incohérents " en garde à vue.

 

Des expertises dès la garde à vue

La décision du placement pour cette femme de 47 ans a été prise très rapidement vendredi, après une expertise menée par deux spécialistes. Selon le procureur, leurs premières conclusions font référence, au moment des faits, à des "troubles psychiques ayant aboli son discernement au sens de l'article 122-1 du Code pénal ". Il ne s’agit pas de constats définitifs, une contre-expertise pourrait être ordonnée dans les prochaines semaines. Les éventuelles poursuites judiciaires et la tenue d’un procès dépendront du diagnostic final.

Un comportement signalé en début d'année

La femme mise en cause est mère de deux enfants, mais elle ne vivait qu’avec la plus jeune. Une petite fille d'à peine six ans qui n'était à l'école Edouard Herriot d'Albi que depuis un mois et demi.  

Sa mère s'en occupait à nouveau depuis mars 2014, après une période d’hospitalisation en milieu psychiatrique, mais le juge des enfants n'aurait pas été prévenu de ces retrouvailles, après les vacances de Pâques.

Le séjour hospitalier, dont la durée n'a pas été précisée, avait suivi un signalement au parquet en début d’année "pour des troubles psychiques" et e enquête pour délaissement de mineur.

Aucun détail n’a encore été donné sur l'éventuel suivi social et médical de cette famille. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.