Procès Outreau : l'acquittement de Daniel Legrand en trois citations

L'homme était accusé d'agressions sexuelles et viols sur des enfants, des faits qu'il aurait commis avant ses 18 ans. La cour a répondu "non" à l'ensemble des questions sur sa culpabilité après cinq heures de délibéré.

Daniel Legrand manifeste sa joie après son acquittement, le 5 juin 2015, à Rennes (Ille-et-Vilaine).
Daniel Legrand manifeste sa joie après son acquittement, le 5 juin 2015, à Rennes (Ille-et-Vilaine). (DAMIEN MEYER / AFP)

Jusqu'au bout, il a clamé son innocence. Daniel Legrand a été acquitté, vendredi 5 juin, par la cour d'assises des mineurs de Rennes (Ille-et-Vilaine), après cinq heures de délibéré. Il encourait vingt ans de réclusion criminelle pour des accusations d'agressions sexuelles et viols sur enfants qu'il aurait commis avant ses 18 ans.

La cour a répondu "non" à l'ensemble des questions sur la culpabilité du jeune homme. Jeudi, l'avocat général avait requis son acquittement, et les avocats de la défense avaient renoncé à plaider. Retour en trois citations sur l'émotion de cette journée de verdict.

Legrand : "Je criais mon innocence depuis le début"

Sorti du tribunal sous les applaudissements, Daniel Legrand a exprimé sa joie de voire cette page se tourner : "Je criais mon innocence depuis le début et justice a été rendue. C'est un grand jour pour moi." Le jeune homme a une nouvelle fois clamé l'innocence de son père, décédé, dont il espère qu'il "repose maintenant en paix".

"J'espère que c'est la fin et qu'on me laisse tranquille une bonne fois pour toutes avec l'affaire Outreau", avait déclaré Daniel Legrand à la presse quelques minutes avant l'audience. "Il va rentrer chez lui et le dossier est clos, a ajouté l'avocat général, Stéphane Cantero. C'est terminé, il n'y a plus d'Outreau, ils sont innocents."

Jonathan Delay : "Je me sens un peu délivré"

"Ce n'est pas un échec et je repars la tête haute, a pour sa part réagi Jonathan Delay, partie civile, à l'issue du procès. Je me sens quand même un peu délivré car j'ai été reconnu." Le jeune homme, victime de viols et de sévices durant son enfance, s'est dit "sous le choc" après l'annonce du verdict.

Les avocats : "Nous n'accepterons pas la calomnie"

A sa sortie du tribunal, Daniel Legrand et ses avocats ont été accueilli par des applaudissements, mais aussi les invectives d'individus mécontents du verdict, occasionnant des échanges tendus avec les avocats du jeune homme.

Les avocats se sont succédés sur les marches du tribunal pour réagir, Me Julien Delarue dénonçant "la calomnie" et "la diffamation""J'ai une pensée pour ces gosses [les enfants Delay], qui on été instrumentalisés et manipulés. (...) On leur a fait miroiter des choses avec ce procès", s'est emporté son confrère Me Hubert Delarue face aux sifflets, avant d'attaquer sur Twitter les partisans de la théorie du complot.

Les avocats des enfants Delay, reconnus victimes de leurs parents et d'un couple de voisins en 2004, avaient plaidé la culpabilité de Daniel Legrand. Mais après le verdict, ils se sont dit satisfaits que l'affaire arrive à son terme.