Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison, dont 1 an ferme

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison, dont 1 an ferme
Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison, dont 1 an ferme Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison, dont 1 an ferme (France 2)
Article rédigé par France 2 - N.Perez, G.Messina, N.El Abid, E.de Pourquery, N.Sadok
France Télévisions
France 2
Nicolas Sarkozy a été condamné, mercredi 17 mai, à trois ans de prison, dont un an ferme, dans l’affaire dite des écoutes téléphoniques. Il est soupçonné d’avoir tenté d’obtenir des informations d’un juge, et de lui avoir proposé un poste en contrepartie. Son avocate a annoncé son pourvoi en cassation.

Il a tenu à se présenter à l’audience pour entendre son jugement, mercredi 17 mai. Face à la cour, Nicolas Sarkozy est condamné en appel pour corruption active et trafic d’influence, à trois ans de prison dont un an ferme, et trois ans de privation de ses droits civiques. Son avocate a annoncé son pourvoi en cassation et demandé un troisième procès. "Cette décision est stupéfiante, elle est contestable en droit”, estime Me Jacqueline Laffont. Même condamnation pour Thierry Herzog, l’ami et ancien avocat de Nicolas Sarkozy. 

D'autres procès attendent Nicolas Sarkozy 

En 2014, les deux hommes étaient placés sous écoute par la justice et mis en examen, accusés d’avoir corrompu le haut-magistrat Gilbert Azibert, pour qu’il les renseigne sur des affaires judiciaires en cours. En échange, un poste au tribunal de Monaco. Le magistrat a aussi été condamné à trois ans de prison pour corruption passive.

La condamnation des trois prévenus est suspendue en attendant un éventuel nouveau procès en cassation. Condamné dans l’affaire Bygmalion, Nicolas Sarkozy attend son second procès, et dans l’affaire du financement libyen de la campagne présidentielle de 2007, le parquet national financier vient de demander le renvoi devant le tribunal correctionnel.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.