Cet article date de plus de dix ans.

Affaire Cahuzac : Moscovici répond aux accusations de Courson

Pierre Moscovici s'est expliqué mardi devant les députés de la commission parlementaire sur l'affaire Cahuzac. Il estime aujourd'hui avoir été traité de façon "partiale", et accuse le président de la commission, le député UMP Charles de Courson, d'agir selon "des considérations politiques". Le ministre de l'Economie contre-attaque dans une lettre ouverte, publiée par le journal Le Monde.
Article rédigé par Ouafia Kheniche
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Maxppp)

Pierre Moscovici répond dans une lettre ouverte publiée dans le journal Le Monde aux accusations
lancées par le député UMP Charles de Courson. Au terme de l'audition du ministre par la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac, son président Charles de Courson avait accusé Moscovici d'"incompétenceauprès de plusieurs médias et jugé que la réponse de la Suisse à la question de Bercy sur l'existence ou non d'un compte bancaire de Cahuzac dans ce pays, telle qu'elle était formulée, ne pouvait "être que négative" et de fait disculper Cahuzac de fraude fiscale.

Le ministre de l'Economie riposte et reproche à Charles de Courson de faire preuve de partialité. "Votre comportement
montre que, loin de chercher à établir une vérité de façon impartiale, vous
tentez de donner chair à une thèse politique, développée avant même le début de
votre enquête
", explique Pierre Moscovici dans sa lettre ouverte, un "courrier circonstancié
adressé au président de la commission d'enquête".

"Une lecture juridique biaisée par des considérations politiques "

"Vous ne tenez
sciemment aucun compte de mes explications, des pièces précises du dossier et
des témoignages recueillis sous serment par votre commission d'enquête
", regrette Pierre Moscovici. "*Soutenir que la
raison en est une mauvaise rédaction de la question, qui plus est volontaire,
me semble relever de l'incompréhension technique, de la mauvaise foi ou - pire

  • d'une lecture juridique biaisée par des considérations politiques* ", estime
    le ministre de l'Economie.

Pierre Moscovici écrit enfin son "étonnement des conclusions " tirées
"d'éléments factuels épars, issus d'une période très antérieure à la prise
de fonctions du gouvernement...Vous n'apportez aucune démonstration et révélez
l'esprit qui vous anime et, hélas, la méthode qui en découle
", juge-t-il,
en demandant par ailleurs à Courson d'adresser copie de sa lettre aux autres
membres de la commission d'enquête.

Pierre Moscovici, ministre de tutelle du ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac, a été auditionné de longues heures mardi par la commission parlementaire qui doit mettre en lumière les dysfonctionnements éventuels de l'Etat dans la gestion de ce scandale, entre les révélations du site Mediapart le 4 décembre et les aveux de Cahuzac, le 2 avril.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.