Affaire Bygmalion : trois proches de Nicolas Sarkozy mis en examen

Trois responsables de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 ont été mis en examen ce vendredi par les juges parisiens chargés d’une affaire de fausses factures présumées. Le préfet de Lozère, Guillaume Lambert, devrait être révoqué.

(Trois responsable de la campagne 2012 de Sarkozy devant les juges, dans le cadre de l'affaire Bygmalion © MaxPPP)

Une nouvelle étape est franchie dans l’enquête sur un système présumé de fausses factures pendant la présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Trois des anciens responsables de la campagne UMP ont été mis en examen ce vendredi après-midi pour usage de faux, escroquerie, recel d’abus de confiance et complicité de financement illicite de campagne électorale. 

Une garde à vue de 48 heures

Qui sont ces trois personnes dans le collimateur de la hustice ? Il s'agit du préfet de la Lozère, Guillaume Lambert, ancien directeur de la campagne présidentielle, du député UMP d'Indre-et-Loire, Philippe Briand, qui était son trésorier, et de l'avocat Philippe Blanchetier qui suivait les finances de campagne. Ces trois personnes étaient en garde à vue depuis mercredi matin dans les locaux de l’office anticorruption de la police judiciaire (OCLCIFF). A l’issue de leurs auditions, elles avaient été conduites ce vendredi matin au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris.

Dans un communiqué, Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, a fait savoir qu'il proposera au président de la République qu'il soit mis fin aux fonctions de Guillaume Lambert comme préfet de la Lozère lors du prochain Conseil des ministres.

C'est le premier cercle des organisateurs de la campagne de Nicolas Sarkozy qui est entendu : les explications d'Olivier Boy
--'--
--'--

Le détricotage des frais de campagne

Les enquêteurs travaillent sur un possible un système présumé de fausses factures qui aurait été destiné à cacher des frais de la campagne du candidat Sarkozy, à hauteur de 18,5 millions d’euros. L’objectif de la fraude présumée aurait été de limiter le plafond autorisé des dépenses, qui ont tout de même explosé. Une filiale de Bygmalion, Event and Cie, aurait émis des fausses factures pour couvrir certains évènements fictifs.

Dans cette affaire, trois anciens cadres de l'UMP ont déjà été mis en examen le 4 octobre pour faux et usage de faux et pour abus de confiance. Il s'agit de l'ancien directeur général, Eric Cesari, proche de Nicolas Sarkozy, de l'ancien directeur de la communication Pierre Chassat et de Fabienne Liadzé, ex-directrice des affaires financières de l’UMP.

A LIRE AUSSI ►►►Bygmalion : trois anciens cadres de l'UMP mis en examen