VIDEO. Jeanne Calment : après les révélations russes, la contre-enquête française

Un groupe Facebook a décidé de mener sa propre contre-enquête pour prouver que Jeanne Calment est bien morte à 122 ans.

FRANCE 2

Documents à l'appuis, ils ont décidé de mener l'enquête pour défendre celle qui est une légende dans leur ville d'Arles (Bouches-du-Rhône) : Jeanne Calment, la doyenne de l'humanité. Car depuis quelques semaines, une thèse circule. Des chercheurs russes affirment que Jeanne Calment ne serait pas morte à 122 ans, mais bien avant. C'est sa fille, Yvonne, qui aurait pris sa place. Elle aurait usurpé son identité pour ne pas payer de droits de succession.

La supercherie du siècle ?

Pour Silvie Aries, c'est impossible. Elle a rencontré Jeanne Calment a plusieurs reprises. "On sait qu'elle est allée à la messe tous les dimanches. On a comme ça un certain nombres de témoignages qui attestent. Toute une ville ne peut pas mentir", estime la membre du groupe Contre-enquête sur l'enquête Jeanne Calment. Comme de vrais enquêteurs, ces habitants épluchent le cadastre, les archives municipales. Chacun a un rôle bien précis. Leurs conclusions, ils les partagent sur un groupe Facebook qui rassemble plus de 100 personnes et qui intéresse beaucoup un des chercheurs russes à l'origine de la polémique. Un test ADN sur la dépouille de Jeanne Calment permettrait de percer le secret, mais la famille s'oppose à l'exhumation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Jeanne Calment, le 21 février 1995, lors de son 120e anniversaire, à Arles.
Jeanne Calment, le 21 février 1995, lors de son 120e anniversaire, à Arles. (BORIS HORVAT / AFP)