"Je suis la Poulidor du tricot", lance Isabelle qui participe au championnat de France du tricot de vitesse à Paris

Cinq concurrentes. Trois minutes. Un objectif : 264 mailles. Le salon Aiguille en fête organise, ce week-end, à Paris, le 15e championnat de France du tricot de vitesse.

Le championnat de France de vitesse de tricot se déroulait à Lyon en 2007.
Le championnat de France de vitesse de tricot se déroulait à Lyon en 2007. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Pourriez-vous tricoter 264 mailles en trois minutes ? C'est ce record que tentent de battre des dizaines de championnes du tricot, lors de la 15e édition du salon Aiguille en fête qui se déroule depuis le jeudi 8 février, Porte de Versailles, à Paris. C'est le "speed knitting", le championnat de France de tricot de vitesse. 

Le championnat de France du tricot de vitesse a commencé vendredi à Paris : un reportage d'Hugo Charpentier
--'--
--'--

Il n'y a qu'une seule règle au "speed knitting" : réaliser le plus de points possible sur des rangs de 60 mailles en trois minutes chrono. Depuis 2013, le record est de 264. Cinq tricoteuses sont alignées au départ. On les a placées sur un ring en plein milieu du salon. "Trois, deux, un... C'est parti !", lance l'animateur. D'un seul coup, les doigts des concurrentes se mettent à jouer une drôle de partition, à une vitesse folle et sous les encouragements de leurs proches. 

"Vas-y maman, ne lâche rien ! Attention : la "une" t'a dépassé ! Vas-y maman !", hurle Céline qui a fait le déplacement depuis Bruxelles, en Belgique, pour soutenir sa mère. Cette dernière porte le dossard numéro cinq. "Elle est en forme, mais la "une" est vachement en forme, se désespère Céline. Ça a l'air serré." 

Des aiguilles différentes cette année

Ce fameux dossard numéro un est celui d'Isabelle, une Francilienne quinquagénaire qui participe pour la quatrième fois. "Je suis 'la poupou du tricot', s'amuse-t-elle, la Poulidor du tricot." Les mailles s'accumulent, Isabelle est en forme. "Ça se passe bien, mais je n'aime pas les aiguilles donc ça va être compliqué", confie-t-elle. Effectivement, cette année, les aiguilles sont en bois. Elles étaient en métal les autres années. "Le métal, ça glisse", explique la numéro "un".

Avec des aiguilles en bois, le tricot ne glisse pas de la même façon donc ça change tout au niveau des scores.Isabelle, concurrenceà franceinfo

Il reste encore deux minutes à Isabelle pour prouver sa dextérité. "Allez Isabelle !" Au coin du ring, sa voisine de palier et camarade de tricot, Denise, l'encourage. "Il ne faut pas lui parler parce que ça la déconcentre", prévient-elle.

"On est plus décontractés chez soi"

L'animateur coupe court aux encouragements : "C'est terminé, on lâche les aiguilles !", lâche-t-il, tout en encourageant les spectateurs à applaudir. Mais, les concurrentes commencent déjà à compter. 199... Pour Isabelle, le compte n'y est pas même si "ça commençait à monter". Pourtant, elle sait qu'elle peut arriver à 264 mailles, elle l'a déjà fait à la maison. "Elle était chez elle, le contexte n'est pas le même, on est plus décontractés", tente d'expliquer Denise, un brin déçue.

Et, pourtant, Dieu sait qu'Isabelle, elle tricote.Denise, supportriceà franceinfo

"La poupou du tricot" a encore tout le week-end pour retenter sa chance. Le salon, lui, réuni près de 250 exposants autour d'animations gratuites, mais aussi de bars à couture, à crochet, à patch, à maille ou encore à fil.