Il n'est "pas question de valider automatiquement les semestres" dans les universités, réaffirme la ministre dans le JDD

"Je suis garante de la qualité de nos diplômes. Il n'est pas question de valider automatiquement des semestres alors que les enseignements n'auraient pas été délivrés normalement", prévient Valérie Pécresse.Selon elle, si étudiants et professeurs rattrapent les cours "dès maintenant", "on pourra passer les examens avant l'été".

Valérie Pécresse
Valérie Pécresse (AFP - Martin Bureau)

"Je suis garante de la qualité de nos diplômes. Il n'est pas question de valider automatiquement des semestres alors que les enseignements n'auraient pas été délivrés normalement", prévient Valérie Pécresse.

Selon elle, si étudiants et professeurs rattrapent les cours "dès maintenant", "on pourra passer les examens avant l'été".

Face au risque de voir la tenue des examens universitaires perturbée par le mouvement des enseignants-chercheurs, la ministre de l'Enseignement supérieur juge que son "rôle est de protéger les étudiants, de leur permettre de rattraper les cours et de passer les épreuves".

"Une trentaine d'universités ont d'ores et déjà démarré les rattrapages", assure Mme Pécresse, qui "refuse de (se) projeter dans le scénario du pire", à savoir l'impossibilité de passer les examens avant l'été.