Cet article date de plus de neuf ans.

Hollande assure la communauté juive d'une "mobilisation totale de l'Etat"

Les représentants de la communauté juive ont été reçus à l'Élysée dimanche matin, au lendemain du démantèlement d'un groupe islamiste notamment soupçonné d'une attaque antisémite en septembre. François Hollande leur a assuré une "mobilisation totale contre toutes les menaces terroristes", annonçant un renforcement de la sécurité des lieux de culte.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Christian Hartmann Reuters)

Sur le perron de l'Elysée, François Hollande a promis dimanche "la mobilisation totale de l'Etat pour lutter contre toutes les menaces terroristes ", après avoir reçu des représentants d'organisations juives, au lendemain du démantèlement d'un groupe islamiste, soupçonné de l'attaque d'une épicerie juive en septembre.

François Hollande a souligné que le "projet de loi antiterroriste sera
soumis au Parlement dans les plus brefs délais
", et permettra, a-t-il dit, de "renforcer encore les instruments pour être plus efficace contre ce fléau ".

Communauté juive "soulagée" mais "inquiète"

"Nous
sommes soulagés par le fait que les pouvoirs publics ont
véritablement pris la mesure du danger que représente l'islam radical en
France
", a indiqué Richard Prasquier, président du Crif (Conseil
représentatif des institutions juives de France). "Etre complaisant
vis-à-vis de l'islam radical, c'est être
complaisant vis-à-vis du nazisme
", a-t-il ajouté sur le perron
de l'Elysée.

"L'inquiétude que nous avions exprimé depuis Toulouse (et
l'affaire Merah, ndlr), trouve aujourd'hui
une sorte de concrétisation
", a également déclaré Joël Mergui, président du Consistoire israélite de France, à l'issue de la
rencontre avec le président de la République.

"Nous devons entendre tous les responsables
musulmans dans toutes les mosquées de France, redire leur condamnation de
ce qui se passe, leur différenciation face à cet islam radical
". "Car
ces personnes tuent au nom de l'islam, donc il faut que l'islam dise
clairement qu'il n'y a aucun lien
", a-t-il indiqué.

Hollande a ensuite appelé le président du CFCM

Le chef de l'Etat a appelé le président du conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, après son entretien avec les représentants de la communauté juive. "Les musulmans
de France ne doivent pas pâtir de l'islamisme
radical, ils en sont aussi victimes
", a indiqué François Hollande sur le perron de l'Elysée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.