Vidéo Le "stealthing", un acte dangereux et bientôt illégal en Californie

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Pendant ce temps-là, retirer furtivement un préservatif pendant un rapport sexuel sera bientôt illégal en Californie. Cette pratique, c'est le "stealthing".
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Pendant ce temps-là, retirer furtivement un préservatif pendant un rapport sexuel sera bientôt illégal en Californie. Cette pratique, c'est le "stealthing".

Sur le réseau social TikTok, de nombreuses femmes racontent avoir été victimes de "stealthing", désignant l'acte de retirer furtivement son préservatif pendant un rapport sexuel, sans le consentement de son ou sa partenaire. 

Peut-on parler de viol ?

Le 7 septembre dernier, une loi visant à interdire le "stealthing" a été approuvée en Californie. Le projet de loi doit désormais être signé par le gouverneur démocrate Gavin Newsom, qui devra le promulguer avant le 10 octobre. Dans le monde, il reste un flou juridique autour de cette pratique, comme en France où aucune jurisprudence claire n'existe à ce sujet. Brut a interrogé maître Carine Durrieu Diebolt, avocate de victimes, qui confirme qu'il n'existe pas de qualification juridique spécifique à cet acte. "À mon sens, on peut le qualifier de viol dans la mesure où il y a un acte de pénétration sexuelle et que cet acte de pénétration sexuelle a commencé sur la base d'un consensus, c'est à dire le port du préservatif", explique-t-elle.

Déposer plainte immédiatement

"Plus on dépose plainte tôt, plus on peut établir des preuves", estime l'avocate. Tous les modes de preuve sont acceptés : "On peut produire des enregistrements si on a eu une conversation téléphonique avec l'intéressé. Ne pas hésiter à l'enregistrer. On peut produire des échanges SMS, des échanges antérieurs et postérieurs avec l'agresseur pour établir la réalité des faits", conclut-elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.