Vidéo Féminicides : "Quand va s’arrêter ce massacre ?", interroge la comédienne Muriel Robin

Publié
Article rédigé par
Radio France

Invitée de l'Info médias, Muriel Robin a exprimé sa colère face au manque de moyens publics dépensés dans la lutte contre les violences faites aux femmes, notamment par la création de places d'hébergement pour celles qui fuient leur compagnon. 

L’humoriste Muriel Robin a laissé éclater sa colère ce jeudi 6 janvier sur franceinfo dans l'Info médias au sujet des féminicides. "Quand va s’arrêter ce massacre ? Cela rend fou ! Je ne peux pas vivre avec ça ! Je pleure en lisant le journal", a-t-elle déclaré.

Depuis le début de l’année 2022, en seulement cinq jours, déjà trois femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon. Muriel Robin, très engagée sur le sujet, a interprété le rôle de Jacqueline Sauvage pour la télévision, cette femme condamnée pour avoir tué son mari violent. Elle avait été graciée par François Hollande.

--> Lutte contre les violences faites aux femmes : on a dressé le bilan d'Emmanuel Macron sur la "grande cause du quinquennat"

"Je ne suis pas contente. Je travaille beaucoup avec Anne-Cécile Mailfert, la présidente de la Fondation des femmes. Oui, il y a de la bonne volonté. S’ils ont pris conscience de ça, c’est grâce aux associations, grâce à Jacqueline Sauvage malheureusement qui nous a quittée", a-t-elle déclaré.

Les femmes violentées "n'ont pas d'hébergement"

Mais pour la comédienne, cela ne va pas assez vite : "Il y a de la bonne volonté, mais cela avance à 2 km/h. Ces femmes meurent."

"Il y a des femmes assassinées et des enfants qui sont séparés, qui parfois nettoient le sang de leur mère qui a été assassinée. Après on les sépare. On les met dans des foyers différents. Quand va s’arrêter ce massacre ?"

Muriel Robin, comédienne

sur franceinfo

L’Espagne a réussi à faire baisser les violences contre les femmes en mettant sur la table un milliard d’euros : "Quand ils vont le sortir ?" a-t-elle lancé à l’adresse du gouvernement. "Il n’y a pas d’hébergement. Les femmes restent dehors. Ce n’est pas possible. C’est insupportable. Ce sont nos sœurs, nos amies, nos collègues. C’est nous ! C’est quoi la fraternité ? Qu’est-ce qu’il faut faire ? Je fais une grève de la faim ? Qu’est-ce qu’il faut faire ?" se demande-t-elle.

Muriel Robin veut continuer de se mobiliser et prépare avec la Fondation des femmes une initiative : "J’ai appelé Anne-Cécile Mailfert. On va essayer de faire un truc fort. Qu’est-ce qu’on peut faire ? Je ne vais pas aller ouvrir les tiroirs-caisses. Je ne vais pas mettre une cagoule et trouver un milliard dans un tiroir-caisse de l’État. Cela rend fou ! Je ne peux pas vivre avec ça !"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.