Accusé de harcèlement sexuel, le présentateur américain Charlie Rose a été suspendu

Selon le "Washington Post", qui rapporte les témoignages de huit femmes, le célèbre journaliste aurait passé des appels téléphoniques obscènes, se serait exhibé nu et se serait rendu coupable d'attouchements.

Le journaliste et présentateur de télévision américain Charlie Rose, le 30 octobre 2017 à New York (Etats-Unis). 
Le journaliste et présentateur de télévision américain Charlie Rose, le 30 octobre 2017 à New York (Etats-Unis).  (MIKE COPPOLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Les témoignages de harcèlement et d'agressions sexuels se multiplient aux Etats-Unis, dans le sillage de l'affaire Harvey Weinstein. Charlie Rose, présentateur vedette de la télévision américaine, a été suspendu par les chaînes CBS et PBS lundi 20 novembre, après la publication des témoignages de huit femmes l'accusant de harcèlement sexuel.

Selon le Washington Post (en anglais), à l'origine de ces révélations, les huit femmes accusant le journaliste sont d'anciennes employées ou candidates à des postes pour l'émission "Charlie Rose" sur PBS, animée par le présentateur. Ce dernier, une figure respectée du petit écran américain, travaille également pour la matinale "CBS This Morning", et contribue régulièrement au magazine d'information "60 Minutes" sur la chaîne CBS.

Ces femmes, dont cinq témoignent anonymement, évoquent notamment des appels téléphoniques obscènes de la part du journaliste de 75 ans, ainsi que des attouchements. Deux de ces femmes affirment que le présentateur s'est exhibé nu devant elles. Selon elles, les faits se sont déroulés à partir des années 1990, jusqu'en 2011. Elles avaient entre 21 et 37 ans au moment des faits présumés.

"Je suis profondément désolé"

La chaîne américaine PBS a annoncé qu'elle suspendait immédiatement l'émission de Charlie Rose, dénonçant par la voix d'un porte-parole des "allégations profondément dérangeantes". CBS a fait de même : "Charlie Rose est suspendu immédiatement, le temps que nous nous penchions sur ce problème", a-t-elle réagi dans un communiqué, expliquant "prendre très au sérieux" ces accusations.

"Il est essentiel que ces femmes sachent que je les entends et que je suis profondément désolé d'avoir eu cette attitude inappropriée. Je suis extrêmement gêné", a réagi Charlie Rose dans un communiqué, publié sur son compte Twitter.

"J'ai toujours pensé que les sentiments étaient partagés mais je réalise aujourd'hui que je me trompais", ajoute le journaliste, connu pour son travail d'intervieweur. "Je me suis parfois comporté sans délicatesse et j'en accepte la responsabilité, mais je pense néanmoins que toutes ces accusations ne sont pas exactes."

Journaliste au Washington Post, Amy Brittain raconte que "malheureusement, ma boite de réception est déjà inondée de [messages de] femmes qui ont eu de similaires et dérangeantes rencontres avec Charlie Rose". "Notre couverture [de ce sujet] continue", assure-t-elle sur Twitter.