ENQUETE FRANCEINFO. Malgré #MeToo, "le parcours du combattant" des victimes de harcèlement sexuel au travail

Médecin du travail, direction des ressources humaines, inspection du travail… Si la parole est plus libérée, il reste compliqué pour les femmes victimes d'agressions ou de harcèlement sexuels en entreprise de trouver le bon interlocuteur et d'entamer des poursuites. 

Un homme harcèle une collègue au bureau (image d\'illustration). 
Un homme harcèle une collègue au bureau (image d'illustration).  (FRANK MAY / PICTURE ALLIANCE / AFP)

"S'il n'y avait pas eu le mouvement #MeToo, je me serais sentie beaucoup plus seule. Je pense que j'aurais subi beaucoup plus longtemps." Rosa*, 33 ans, est infirmière dans un hôpital public. Après s'être confiée à son cadre, en juin, elle a porté plainte en août pour harcèlement sexuel contre un collègue, qui a "beaucoup plus d'ancienneté". Le fait que des dizaines de femmes aient dénoncé, sur les réseaux sociaux, en octobre 2017, le harcèlement sexuel qu'elles subissaient ou avaient subi, avec les hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc, l'a encouragée. Grâce à ces mouvements, elle savait "que ce qu'[elle] subissai[t] n'était pas normal".

Pour Rosa, les ennuis ont commencé début 2017, peu après sa prise de fonctions. Lors d'un déjeuner, un collègue questionne ses consœurs sur "le goût du sperme". Puis il demande en public à Rosa si elle se masturbe. "Je t'imagine en train de le faire dans un bain moussant avec un verre de vin", lui glisse-t-il. Elle est paralysée, personne ne réagit. Un jour, il l'embrasse au coin de la bouche. Rosa le repousse. "Plus je résistais, plus il insistait", raconte-t-elle. "Une fois, il me dit : 'Je t'ai vue arriver avec ta robe, j'ai regardé tes fesses. Je te suivais.' Je ne pouvais pas réagir parce que mes collègues rigolaient. Je suis allée pleurer dans les vestiaires."

"Le système est toujours le même"

"J'ai mis du temps à me dire que c'était du harcèlement sexuel", explique l'infirmière. Le déclic est venu en juin : après une énième remarque, elle est arrêtée par un médecin. A partir de là, "c'est comme si [elle] n'avai[t] jamais existé" pour ses collègues. "Parce que vous dénoncez un système, vous devenez une paria." Lorsqu'elle leur demande de témoigner en sa faveur auprès de la direction, plus personne ne la soutient. Un double choc pour Rosa : "Je m'attendais à être très soutenue, par rapport à l'ampleur de #MeToo."

Elle bénéficie toutefois de l'appui de son cadre, qui transmet à la direction des ressources humaines (DRH) une lettre où sont couchés les faits. La DRH convoque le collègue accusé de harcèlement, d'autres personnes du service, puis Rosa, qui vit mal l'entretien.

C'est un peu 'Le Procès' de Kafka. On vous accuse de quelque chose, vous ne savez pas quoi. On me reprochait tout ce qu'il avait fait, comme quand on demande à une femme violée comment elle était habillée.Rosa, infirmièreà franceinfo

Mi-septembre, la décision de la DRH tombe : le collègue accusé doit changer de service. Et, à sa surprise, elle aussi. "On me conseille de partir. On me dit que ses propos n'étaient pas dirigés contre moi, déplore Rosa. Il faut enregistrer, sinon personne ne vous croit. Le système est toujours le même. Les gens considèrent ça comme normal."

Un bond d'appels et d'ouvertures de dossiers

"Il y a un effet #MeToo", confirme Françoise Brié, directrice générale du Numéro d'écoute national destiné aux femmes victimes de violences, le 3919. En 2018, elle a recensé 108 appels au cours du premier semestre, contre 39 l'année précédente sur la même période, uniquement pour le harcèlement sexuel en entreprise. Idem pour l'association Le Cap, qui lutte contre les violences au travail dans la région Paca. "Fin juin, on avait ouvert autant de dossiers que pour toute l'année 2017", indique Louisette Maret-Tiouchichine, la directrice.

A l'Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT), le constat est similaire. Mais pour Marilyn Baldeck, déléguée générale de l'association, plus que #MeToo, c'est surtout l'affaire Denis Baupin, en 2016, qui a eu un retentissement en France. Cette année-là, les ouvertures de dossiers à l'AVFT ont bondi de 99 à 169, pour atteindre 223 en 2017. Une situation inédite.

"Les femmes sont encouragées à dénoncer car elles ont une meilleure connaissance du tissu associatif depuis l'affaire Weinstein, explique Marilyn Baldeck. C'est formidable : on en parle plus et de mieux en mieux dans les médias. Mais c'est aussi problématique car il y a peu ou pas de personnes ressources pour ces femmes." La demande croît en effet "sans aucune augmentation des subventions de l'Etat", laissant selon elle "des femmes extrêmement isolées".

"C'est comme si tout le monde avait peur"

L'isolement, c'est l'une des difficultés qu'a rencontrées Elodie*. Dans la petite agence immobilière où elle a été embauchée fin 2014, pas de service de ressources humaines, ni de médecine du travail. Juste elle, deux experts, deux négociateurs, le directeur d'agence et son épouse. Le couple est dans le même bureau qu'Elodie. "Rapidement, il m'a envoyé des dizaines de SMS, des messages sur Facebook : 'Je pense beaucoup à la soirée d’hier', 'Je t’ai trouvé une belle nuisette'. Parfois avec des vidéos à caractère pornographique. Il m'appelait régulièrement le soir, m'offrait des cadeaux", relate Elodie, 32 ans à l'époque.

Pendant les déplacements professionnels, il réservait une seule chambre à l'hôtel. J'étais obligée d'en trouver une autre en catastrophe. Il trouvait sans arrêt des excuses pour être à mon contact.Elodieà franceinfo

Pendant près de neuf mois, elle s'est tue. "J’ai essayé d’en parler à son épouse mais les mots ne sont pas sortis. Je me disais : 'ça va passer.' C'était d'autant plus compliqué que c'était mon supérieur hiérarchique et qu'il était connu dans un petit milieu." Elodie se tourne finalement vers une association locale de victimes de harcèlement sexuel, mais n'obtient pas de réponse. Idem avec l'inspection du travail. "J'ai vu un inspecteur plusieurs fois, ça n'a rien changé. C'est comme si tout le monde avait peur", avance-t-elle. Après un dépôt de plainte, elle tombe en dépression et passe deux mois en hôpital psychiatrique à l'été 2015, période où elle est licenciée.

Trois ans plus tard et malgré la vague #MeToo,"les enquêtes de l'inspection du travail sont de plus en plus rares, car les dossiers de harcèlement sexuel ne sont pas prioritaires", déplore Marilyn Baldeck. Récemment, l'AVFT a dispensé une formation de sensibilisation à un groupe d'inspectrices du travail, qui s'étaient toutes inscrites sans l'aval de leur hiérarchie. Pourtant, la formation des inspecteurs du travail est l'une des actions du plan gouvernemental contre les violences sexistes et sexuelles, dévoilé le 9 mai dernier.

"Les médecins du travail sont souvent démunis"

La formation des conseillers prud'homaux, des délégués syndicaux, des élus du personnel et des professionnels de la médecine du travail doit aussi devenir obligatoire. Pour l'instant, ces derniers ne voient pas la différence. "La parole spontanée est très rare : les victimes n'en parlent pas au médecin du travail, regrette Jean-Michel Sterdyniak, secrétaire général du Syndicat national des professionnels de la santé au travail. Il est difficile pour un médecin d'aborder un sujet dont il n'a ni les clés ni la solution. Il n'y a pas de formation. Les médecins du travail sont souvent démunis." Dominique Huez, vice-président de l'association Santé et médecine du travail, esquisse d'autres solutions : "Il faut savoir poser crûment la question, notamment quand on constate chez un(e) patient(e) des troubles musculo-squelettiques chroniques trop douloureux, ou un repli sur soi dans l'activité professionnelle, qui sont anormaux."

Mais ceux qui s'y risquent ont peur des conséquences. Ainsi, l'exemple de Karine Djemil a pu refroidir certaines ardeurs. Cette médecin du travail avait établi un lien entre les pathologies de deux patientes (syndromes dépressifs sévères avec tentatives de suicide) et le harcèlement sexuel et moral qu’elles subissaient. Saisi par les entreprises des patientes, l'ordre des médecins a estimé que Karine Djemil avait outrepassé son rôle et l’a condamnée, le 4 mai, à six mois d’interdiction d’exercice de la médecine, dont trois ferme, comme le relatait Le Monde.

Même alertés, les médecins du travail ont donc peu de marge de manœuvre. "Ils ont été compréhensifs mais n'ont rien fait de spécial", témoigne Rosa. "Le médecin du travail m'a dit que, légalement, il ne pouvait rien faire, alors qu'il devrait être la pierre angulaire" de la lutte contre ce phénomène, renchérit Claire. Aujourd'hui consultante, cette quinquagénaire, ex-DRH d'une PME en Seine-et-Marne, s'était confiée à franceinfo quelques mois après avoir dénoncé sur Twitter le comportement de son patron.

"Par rapport à lui, je ne suis qu’un microbe"

Près d'un an plus tard, Claire estime avoir été licenciée parce que son chef n'a pas supporté qu'en tant que DRH, elle prenne la parole sur ce sujet dans l'entreprise. Un licenciement qu'elle a contesté et dont elle attend le procès aux prud'hommes. "Pour un patron de PME, le DRH doit l'aider à éviter les prud'hommes. Les DRH qui voudraient prendre en charge le harcèlement sexuel risquent leur place", explique-t-elle.

"Les directions des entreprises ne savent pas comment parler du harcèlement sexuel sans se tirer une balle dans le pied", confirme Marie Delmont. Dirigeante associée d'un cabinet de ressources humaines, elle a animé, depuis #MeToo et #BalanceTonPorc, une dizaine de formations sur le sexisme et le harcèlement sexuel dans des entreprises du CAC40. L'engouement est fort : le gouvernement souhaite que les entreprises de plus de 250 salariés instituent un référent RH contre les violences sexistes et sexuelles. Les lignes bougent aussi dans la fonction publique depuis une circulaire publiée le 9 mars.

Mais dans les PME et les TPE, les victimes peuvent être encore plus isolées, comme l'illustre le témoignage de Vanessa*. Cette employée d'une petite entreprise de restauration haut de gamme affirme avoir été agressée sexuellement par son chef de cuisine, fin 2016.

Il s'est mis derrière moi, ses mains autour de ma taille. Je suis restée tétanisée. J'ai maintenu ses mains pour qu'il ne les mette pas sur ma poitrine, mais il m'a attrapée à nouveau et a mis ses mains autour de mon cou.Vanessa, ex-employée dans la restaurationà franceinfo

Quand son patron l'a appris, il "s'est acharné" sur elle, raconte Vanessa, encore bouleversée. Et lorsqu'elle a voulu changer de poste, le DRH l'a convoquée. "J'ai compris par la suite que mon CDI était transformé en CDD."

Vanessa s'est retrouvée sans emploi, et démunie. "J'avais peur car mon grand patron a des sous, est adjoint au maire et juge aux prud'hommes. Par rapport à lui, je ne suis qu’un microbe." Elle a réussi à remonter la pente en se dirigeant vers un psychologue et l'association Le Cap, qui envisage de faire valoir ses droits aux prud'hommes. Deux ans plus tard, la situation a-t-elle évolué dans les PME-TPE ? Difficile à dire, mais pour ces entreprises, la prévention du harcèlement sexuel est seulement recommandée dans un guide et non obligatoire.

Un sujet davantage pris au sérieux

Dans la plupart des dossiers, l'affaire finit aux prud'hommes. "Quand les femmes révèlent des violences sexuelles au travail, elles tombent malades ou perdent leur emploi. Alors, devant les prud'hommes, on évoque le harcèlement sexuel pour contester le licenciement", résume Frédérique Pollet-Rouyer. Cette avocate, spécialisée dans la défense des salariés, dénonce un schéma récurrent. "C'est le parcours du combattant. Et les délais aux prud'hommes sont très longs, souvent un an et demi." En cause, l'engorgement de la justice et la longueur de la procédure de départage, lorsque les représentants des salariés et ceux du patronat ne sont pas d'accord.

Quant au procès pénal, il est rare pour les affaires de harcèlement sexuel au travail. "Il faut apporter des preuves et, dans la majorité des cas, c'est très compliqué car il n'y a pas de traces physiques, ni d'éléments matériels, même avec des SMS", explique l'avocate. "C'est terrible, mais il y a des dossiers que je ne prends pas faute de preuves", concède Christophe Noël, avocat spécialisé en droit du travail et droit social.

Si les victimes cherchent une condamnation, j'explique qu'il y a beaucoup de chances que ce soit voué à l'échec.Frédérique Pollet-Rouyer, avocateà franceinfo

Malgré ce constat pessimiste, les deux avocats notent des changements timides depuis #MeToo. "Le sujet est pris au sérieux. Il n'y a plus de boutades ou de saillies", observe Frédérique Pollet-Rouyer. "Il y a une meilleure qualité d'écoute aux prud'hommes, même si les conseillers ne maîtrisent pas le sujet", complète Christophe Noël, qui croit à la formation pour faire évoluer la situation.

Du côté des femmes, on ne se décourage pas. "Fin 2017, mon dossier n’avançait pas. J'aurais pu laisser ce combat derrière moi. Mais j'ai cherché un autre avocat. Avec le mouvement #MeToo, je me suis dit qu'il fallait que j'aille au bout", confie Elodie. Récemment, elle a été convoquée en audience devant un conseil de prud'hommes. Elle attend le jugement début 2019.

* Les prénoms ont été changés