Cet article date de plus de huit ans.

France Parkinson dénonce l'immobilisme des pouvoirs publics

En cette journée mondiale de Parkinson, l'association France Parkinson est très remontée. Elle estime que le plan, lancé en 2011, est un leurre : la plupart des actions qu'il contient n'ont pas été mises en oeuvre. Par ailleurs, l'association craint que le plan sur les maladies neurodégénératives, en préparation, ne prenne pas en compte les spécificités de Parkinson. Pour sortir de l'immobilisme, l'association fait des propositions.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (ocskaymark Fotolia.com)

Pour l'association France Parkinson, il faut une meilleure prise en charge des malades car la maladie de Parkinson est très particulière. Elle nécessite par exemple une formation spécifique des kinésithérapeutes et des orthophonistes, ce qui est loin d'être le cas. Aujourd'hui 24 centres experts ont été créés en France, les malades peuvent y trouver les soins et les conseils nécessaires mais leur financement est insuffisant.

Amplifier la recherche

Par ailleurs, il existe des inégalités territoriales importantes : dans certaines régions il est difficile d'obtenir un rendez-vous chez un neurologue, ce qui retarde le diagnostic. Et certains traitements ne sont pas disponibles partout. Autre problème : les jeunes parkinsoniens qu'il faut mieux accompagner en particulier pour faire face à leurs difficultés professionnelles.

La recherche doit aussi être amplifiée à tous les niveaux : recherche fondamentale pour comprendre par exemple pourquoi les neurones meurent, mais aussi recherche clinique pour améliorer les symptômes de la maladie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.