Fin des zones blanches téléphoniques d'ici juin 2017

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, oblige les opérateurs téléphoniques à couvrir les zones blanches qui n'ont pas encore accès à la 3G. Plus de 2.000 communes rurales françaises sont concernées.

(D'ici mi-2017 l'ensemble du territoire français sera connecté à l'internet mobile © MaxPPP)

Un accord entre les quatre opérateurs téléphoniques Orange, Bouygues Télécom, SFR, Free et le ministre de l'Economie vient d'être signé. Il s'inscrit dans la mise en oeuvre du projet Macron qui a été récemment voté au Sénat. Les quatre opérateurs devront fournir la 3G à leurs utilisateurs sur tout le territoire avant la mi-2017, sous peine de sanctions. L'accès à l'internet mobile en haut-débit sur tout le territoire n'est pas une question récente. Déjà en 2003, l'autorité des télécommunications avait demandé aux opérateurs de se partager la couverture de ces zones blanches en 2G, puis en 3G depuis 2009. Les zones blanches sont des espaces géographiques au sein duquel les habitants ne bénéficient pas de couverture réseau par les opérateurs mobiles.

Obligation de couverture d'internet mobile sous peine de sanctions

Jusqu'à présent les discussions n'avaient jamais abouti car les opérateurs mettaient en avant que le haut-débit n'est pas forcément rentable dans les zones rurales où il y a peu d'habitants et donc, peu de clients potentiels. Résultat : au moins 150 communes rurales n'ont pas encore accès à la 2G aujourd'hui. Sous la pression des élus locaux, Emmanuel Macron a fixé un utilmatum aux opérateurs : ils ont jusqu'à fin 2016 pour déployer la 2G. Quant à la 3G, il va falloir faire de plus gros efforts car les 2.200 communes qui n'ont toujours pas de couverture 3G devront l'avoir d'ici juin 2017. Des amendes pour les opérateurs de téléphonie mobile qui ne respecteront pas ces objectifs, sont prévues par le gouvernement.