Cet article date de plus de neuf ans.

Fin de la trêve hivernale : les associations réclament un moratoire

Les expulsions locatives reprennent en ce lundi de Pâques en même temps que la fin du plan hivernal pour l'hébergement des sans-abri. La fondation Abbé Pierre, la CLCV et le collectif Jeudi Noir réclament un moratoire sur les expulsions en 2013 pour éviter "une casse sociale coûteuse pour l'Etat".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

"Il faut que la trêve hivernale dure toute
l'année
", lance ce lundi sur France Info Laure Bourgoin de l'association
CLCV alors que les expulsions locatives sont désormais possible depuis quelques
heures. D'après Droit au Logement, beaucoup de familles ont déjà reçu leur avis
d'expulsion. Or, face à "la situation actuelle de crise du logement et de
crise économique, cela n'a pas de sens de mettre en place des expulsions
",
poursuit Laure Bourgoin.

"Les expulsions coûtent cher à l'Etat "

Pour les associations, il faut donc mettre en place un
moratoire sur les expulsions dès cette année 2013. "C'est le point de
départ d'un véritable politique de prévention. Il s'agit de dire : au lieu
d'expulser les personnes, on les maintient temporairement dans leurs logements
et, pendant ce temps-là, on fait une enquête sociale
", explique Christophe
Robert. Pour le délégué général adjoint de la Fondation Abbé Pierre, ce serait
également une décision économique pour l'Etat car les familles expulsées sont
pour la plupart éligible à la loi Dalo et donc prioritaire pour un relogement.

"Indemniser les propriétaires "

Les prioritaires ne seraient pas lésés par cette décision,
d'après les associations. "Le moratoire doit faire l'objet d'une
indemnisation des propriétaires. Il existe un fonds que les préfets peuvent
utiliser quand ils décident de ne pas expulser
", poursuit Christophe
Robert. De son côté Jeudi Noir estime que ce moratoire serait une solution
transitoire "en attendant la loi Duflot 2 et une solution pérenne contre
les expulsions locatives
". Pour le porte-parole du collectif, Manuel
Domergue, "il faut mettre en place la garantie des loyers et une mutuelle
généralisée pour les propriétaires
". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.