Violences conjugales : une formation pour policiers et gendarmes

En France, une femme est tuée tous les deux jours par son conjoint ou ex-conjoint. Le gouvernement a annoncé un plan pour prévenir ces violences et mieux protéger les victimes. France 3 a assisté à une formation de forces de l’ordre dans l’Orne.

FRANCE 3

En 2018, 487 femmes ont déposé plainte pour violences dans l’Orne. Gendarmes et policiers d’Argentan (Orne) se sont réunis pour comprendre et appréhender la complexité de ces affaires familiales. L’objectif premier est souvent de libérer la parole de la victime pour parvenir à un dépôt de plainte. "Souvent c’est un appel au secours, mais elles ont peur des répercussions", explique David Deleuze, adjudant à la gendarmerie.

Un accueil parfois trop rapide des victimes

Pendant deux jours de formation, les forces de l’ordre vont tester de nouveaux outils d’évaluation. Parfois, le manque de moyens humains et matériels empêche le bon déroulement des opérations. Les liens avec les associations ne sont pas forcément évidents. "Parfois, je pense (…) qu’on est obligés d’aller rapidement sur l’accueil des victimes", confie Stéphane Guerrois, major de police. Cette formation qui découle directement du Grenelle des violences conjugales sera dispensée prochainement dans toute la Normandie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le 3919 est un numéro d\'écoute destiné aux femmes victimes de violences conjugales.
Le 3919 est un numéro d'écoute destiné aux femmes victimes de violences conjugales. (JACQUES DEMARTHON / AFP)