Chypre : une loi prévoit la prison à perpétuité pour les auteurs de féminicides

L'île, qui compte environ un million d'habitants, a recensé 20 féminicides en trois ans, selon les données de la police.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Annita Demetriou, première femme à présider le Parlement chypriote, le 11 juin 2021 à Nicosie (Chypre).  (STAVROS IOANNIDES / PIO / AFP)

Une réponse à un contexte de violences conjugales en hausse sur l'île méditerranéenne. Le Parlement chypriote a voté, vendredi 8 juillet, en faveur d'une loi prévoyant la prison à perpétuité pour les auteurs de féminicides. 

Le projet de loi était proposé par Annita Demetriou, première femme à présider le Parlement chypriote. Le texte a été adopté par 38 voix pour et 4 contre.

Selon ce texte, détaillé par le Cyprus Mail (lien en anglais), le fait que le décès ait eu lieu après des violences de la part d'un partenaire sexuel, des violences misogynes ou conjugales, entre autres, sera considéré comme une circonstance aggravante. D'autres faits constitueront des circonstances aggravantes, par exemple si la mort a eu lieu après des violences motivées par des convictions religieuses, ou encore des violences en raison de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre de la personne.  

Vingt féminicides en trois ans

L'île, qui compte environ un million d'habitants, a recensé 20 féminicides en trois ans, selon les données de la police. Le dernier date d'il y a un mois. Un homme de 84 ans a tué son épouse âgée de 82 ans dans la ville de Limassol, au sud de l'île. En 2019, Chypre avait enregistré neuf féminicides, dont cinq perpétrés par un tueur en série qui a été condamné à la prison à vie, selon la police. Deux fillettes figuraient parmi ses victimes.

Les cas de violences contre les femmes à Chypre ont augmenté de 67% entre 2020 et 2021, selon cette même source.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Féminicides

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.