Cet article date de plus de douze ans.

Erasmus séduit, mais peut mieux faire

Depuis sa création en 1987, le programme Erasmus fait de plus en plus d'émules, mais seule une petite élite en bénéficie
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un étudiant "Erasmus" installé à Berlin en 2007. (© France 2)
Depuis sa création en 1987, le programme Erasmus fait de plus en plus d'émules, mais seule une petite élite en bénéficieDepuis sa création en 1987, le programme Erasmus fait de plus en plus d'émules, mais seule une petite élite en bénéficie

Selon la Commission européenne le 6 octobre, le nombre d'étudiants du programme d'échanges européen a dépassé 2 millions en 2009, mais seuls 4% des étudiants en profitent durant leur cycle d'études.

En 2007-2008, 162.695 "Erasmus" ont suivi leurs études dans l'un des 31 pays participants, soit une hausse de 2,1% par rapport à l'année précédente.

"Ce n'est pas beaucoup, et c'est précisément pour cette raison que la Commission souhaite que cela devienne la règle plutôt que l'exception", a commenté un porte-parole.

Doté au budget européen d'environ 400 millions d'euros, le programme permet à ses bénéficiaires de toucher une allocation mensuelle moyenne d'environ 250 euros pendant une année d'études dans un établissement à l'étranger. Les pays européens qui envoient les proportions les plus importantes de leur population étudiante sont le Liechtenstein (6,44%), l'Autriche (1,77%), la République tchèque (1,54%) et l'Espagne (1,41%).

En 2009, la Croatie et la Macédoine ont rejoint le programme, portant le nombre de pays participants à 33.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.