Emmaüs : des maisons pour reprendre pied

France 2 est partie à la rencontre de ceux qui habitent dans les maisons Emmaüs, mais également de ceux qui les construisent. Reportage.

France 2

Virginie Delgado, cuisinière de 43 ans, a vécu une séparation conflictuelle. Une vie d'errance chez des amis ou en foyer. Elle a heureusement trouvé refuge dans un chalet en bois d'Emmaüs depuis février. Ce modeste 16 m² pour 120 euros par mois l'a aidé à reprendre pied. "Comme je suis partie sur un coup de tête, j'ai tout abandonné, ça m'a permis de retrouver un pied-à-terre à moi", explique-t-elle.

175 logements

Dans ce village de La Main tendue, on croise de nombreux destins brisés, des visages marqués, comme celui de Jean-Philippe Le Meur, demandeur d'emploi de 49 ans. Hébergement gratuit dans les situations les plus urgentes, Emmaüs limite les loyers à 10% des revenus dans les autres cas. Des conditions pour une existence plus décente. En 10 ans, 535 personnes ont ainsi été mises à l'abri en France. À Bordeaux, Lyon, Bastia ou encore Clermont-Ferrand... Au total, 175 logements ont été construits. De plus en plus de villes achètent ces maisons Emmaüs, dont les prestations ne cessent de monter en gamme.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des membres d\'Emmaüs Solidarité distribuent de la nourriture lors d\'une évacuation du campement de la Chapelle, à Paris, le 9 mai 2017.
Des membres d'Emmaüs Solidarité distribuent de la nourriture lors d'une évacuation du campement de la Chapelle, à Paris, le 9 mai 2017. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)