Eleveurs en colère : les routes d'accès au Mont-Saint-Michel bloquées jusqu'à jeudi

Les deux routes principales d'accès au parking du Mont-Saint-Michel, le second site touristique le plus visité de France, ont été bloquées lundi après-midi par des éleveurs en colère, qui laissent tout de même ressortir les visiteurs. La Coordination Rurale de la Manche affirme que le blocage durera jusqu'à jeudi. Le mouvement s'étend dans la Sarthe.

(Les agriculteurs bloquent l'accès au Mont-Saint-Michel lundi après-midi pour protester contre la faiblesse des prix de leurs productions, exigeant une visite du ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, avant de lever les blocages. © Maxppp)

Impossible de rejoindre le Mont-Saint-Michel en voiture lundi après-midi depuis 14h30. En effet, les deux routes principales d'accès au second site touristique le plus visité de France, par des éleveurs en colère, a confirmé le syndicat mixte Baie du Mont-Saint-Michel à France Info.

Le mouvement a commencé à s'étendre dans la Sarthe, où quatre péages de l'autorpute du Mans étaient bloqués par des éleveurs ce lundi. Ils contrôlaient le contenu de camions frigorifiques.

Après l'opération coup de point des éleveurs dans les environs de la ville de Caen, ce sont plus de 200 tracteurs et 250 éleveurs qui bloquent les accès du côté Manche au parking du Mont-Saint-Michel, barrant la route aux touristes venant d'Avranches et de Pontorson, selon le syndicat agricole de la Coordination Rurale de la Manche, qui a lancé l'appel. "Jusqu'à jeudi au moins le Mont-Saint-Michel sera fermé. On bloque tout, les parkings, les deux routes d'accès. Par contre : les gens ont la liberté de mouvement. S'il veulent aller à pied au Mont-Saint-Michel, il n'y a pas de problème. Les navettes sont toujours en fonctionnement ", a indiqué Yannick Bodin, le président de Coordination Rurale de la Manche, sur France Info. 

"Jusqu'à jeudi au moins le Mont-Saint-Michel sera fermé. On bloque tout, les parkings, les deux routes d'accès" - Yannick Bodin, président du syndicat de la Coordination Rurale de la Manche, répondant à Mélanie Pépin
--'--
--'--

Répondant à Mélanie Pépin, il lance lundi "un appel à tous les agriculteurs à venir ce soir, sur une parcelle au pied du Mont-Saint-Michel " pour parler des futures mobilisations."Jeudi ou vendredi, une journée d'action et de mobilisation de tous les agriculteurs et de tous les para-agricoles sur Saint-Lô sera mise en place pour montrer justement la détresse pour toute cette filière ", déclare Yannick Bodin. Il demande au ministre de l'Agriculture "de trouver des solutions ", "sinon Monsieur Le Foll n'a qu'à démissionner ", a t-il renchéri. 

Des filières "qu'il faut faire bouger dans leur ensemble "

En fin de journée, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll leur a proposé un rendez-vous à Paris jeudi. La veille, il doit recevoir un rapport du médiateur sur les prix. Stéphane Le Foll a reconnu sur France Info que la situation est grave pour les éleveurs. "Je crains une situation où les éleveurs expriment une véritable difficulté, voire une détresse pour certains et j'ai parfaitement mesuré. On est à côté des éleveurs, mais en même temps, on est face à des filières de manière globale, qui sont organisées depuis des années, qui ont des relations commerciales depuis des années et qu'il faut faire bouger dans leur ensemble ", a t-il affirmé.

Interrogé par Yannick Falt, il a ajouté : "On a mis en place toute cette procédure pour pouvoir réussir à augmenter les prix. Je suis prêt à les rencontrer, mais je ne peux pas annoncer des choses tant que je n'ai pas le détail et tant que tous ceux, qui en particulier étaient là le 17 juin, ne sont pas tous autour de la table pour pouvoir valider toutes les dispositions. Parce que c'est comme ça que ça avance. Je leur ai proposé de les rencontrer à Paris, mais je veux d'abord une vision la plus claire qui soit, la plus nette qui soit, pour pouvoir agir.

Agriculteurs en colère : "Je leur ai proposé de les rencontrer à Paris, mais je veux d'abord une vision la plus claire qui soit, la plus nette qui soit, pour pouvoir agir" - Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture interrogé par Yannick Falt
--'--
--'--
A LIRE AUSSI ►►► Crise du lait et de la viande : les agriculteurs bloquent l'accès à la ville de Caen 

La secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Emmanuelle Cosse s'est exprimée dans la soirée de lundi sur iTELE, elle s'est notamment dite "extrêmement gênée" par le "discours officiel " adressé aux éleveurs, "parcequ'on a menti à ces agriculteurs, un peu comme on a menti aux ouvriers de la sidérurgie ", a t-elle déclaré. Elle a également plaidé pour des "états-généraux avec l'ensemble du milieu agricole et de l'élevage sur le sujet, pour qu'on ne reste pas sur un simple débat de prix ".