Éducation : les inégalités se creusent dans les lycées

Selon un rapport de l'OCDE, seuls 19% des professeurs de lycées défavorisés sont certifiés ou agrégés, contre 90% dans les lycées favorisés. Une inéquitabilité qui influe sur la réussite scolaire.

Voir la vidéo
FRANCEINFO

Aujourd'hui en France, 19% des professeurs de lycées défavorisés sont certifiés ou agrégés, contre 90% dans les lycées favorisés, selon une étude de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). Mais alors, que faire pour que ça change ? Noémie Le Donné, auteure de l'étude, préconise d'inverser le système qui est en place aujourd'hui. Elle estime qu'il faut "revoir la politique d'affectation des enseignants".

"Un enseignant qui a plus d'expérience, en général, a plus le choix de son académie, de son lycée. Ҫa pose un gros problème d'accès équitable à une éducation de qualité. C'est important de ne pas négliger la qualité au prix de la quantité. On ne peut pas s'empêcher de penser, quand on voit les résultats de notre rapport, que la répartition inéquitable des enseignants est en partie responsable des inégalités de réussite", estime-t-elle.

3 000 € pour les enseignants des REP

Et ailleurs, ça marche comment ? "Quand on a passé en revue les politiques éducatives qui concernent les enseignants mis en place dans les pays les plus performants et les plus équitables, on a vu qu'un point important, c'était que ces établissements proposent dans ces pays des formations continues dans l'établissement, donc au plus près des besoins des enseignants. Ҫa peut aussi être intéressant de donner plus d'autonomie aux chefs d'établissements pour recruter leurs enseignants, explique-t-elle. C'est un modèle qui est beaucoup plus fréquent dans les pays scandinaves, anglo-saxons, ça s'est mis aussi en place en Europe de l'Est".

Le gouvernement propose une prime de 3 000 € pour les enseignants qui exercent en REP (réseaux d'éducation prioritaire). Mais est-ce vraiment la solution ? Selon Noémie Le Donné, on s'en rapproche. Elle cite l'exemple d'un dispositif semblable mis en place aux États-Unis, en Caroline du Nord. "On trouve que, par ce dispositif, parce que la prime est mine de rien assez conséquente, on arrive à attirer des enseignants expérimentés dans ces établissements, et on a pu voir que les inégalités de réussite entre les élèves s'étaient réduites", assure-t-elle. Les syndicats enseignants sont en tout cas favorables à la mise en place d'une telle mesure.

Une enseignante fait cours dans une classe de Paris, le 3 septembre 2013. (photo d\'illustration)
Une enseignante fait cours dans une classe de Paris, le 3 septembre 2013. (photo d'illustration) (MARTIN BUREAU / AFP)